Contributions dans l’air du temps

Le 1er novembre dernier a été marqué, dans la webosphère ivoirienne, par la publication de l’e-book du président de l’Assemblée Nationale Guillaume Soro: Contributions Conviviales, sorte de recueil d’articles marquants, issus de son blog.

Encore un moyen pour se faire remarquer? Me suis-je demandée…

Par curiosité, j’ai téléchargé ce document, et bien vite j’ai eu la réponse à ma préoccupation.
Dans l’article Pourquoi devrais-je m’interdire de m’exprimer sur Twitter et Facebook?, le PANCI déclare qu’il est dans l’air du temps et que c’est tant mieux!
Alors devons-nous lui reprocher ses audaces sur le web? Je ne pense pas.

Je continue d’observer les activités de ce PAN en mouvement et j’avoue être parfois bluffée par son énergie et ses petites révolutions… On l’a même vu prêcher les vertus de la gouvernance numérique dans plusieurs pays d’Afrique: c’est dire que le prophète à l’intention de propager « sa bonne nouvelle » très loin!
Le balbutiant Président de l’Assemblée National d’il y a quelques mois, est désormais sur tous les fronts, en vrai précurseur: certains politiques africains devraient en prendre de la graine. Au moins, nous blogueurs, aurions aussi des choses à écrire sur eux…

Dans Contributions Conviviales, c’est avec enchantement que j’ai parcouru la rubrique « Partage », mon coup de cœur allant pour Diawala, sur les terres de mon enfance.
J’ai été agréablement surprise de lire un récit saisissant, qui m’a permis de découvrir une autre facette de l’homme Soro, ses maladresses et facéties d’enfance.

Au final, Contributions Conviviales Volume 1, se lit aisément…Surtout, on ne peut qu’être sensible à la préface qui prône le pardon Au nom de la réconciliation.

Toutefois, en prenant du recul, je me demande jusqu’où le PAN Guillaume Soro ira; à combien de volumes aurons-nous droit de ces contributions? Ne risquons-nous pas de nous lasser de le voir « envahir » la toile?

Mais mon petit doigt me dit qu’il n’est qu’au début de sa révolution en matière de communication numérique. Ne dit-il pas lui même:

Chers amis, la nature humaine est ainsi faite. Que vous agissiez bien ou mal, l’on vous trouvera toujours à redire sur votre compte. Pourtant il vous faut continuer votre chemin.

Il faut juste savoir vivre avec son temps…

Pour que chacun puisse se faire une idée de cet e-book, Contributions Conviviales est directement téléchargeable ICI

Caravane du livre et de la lecture en Afrique de l’ouest

Lu un peu partout dans la presse:

Vous désirez

Obtenir des trésors de littérature africaine à 50% moins cher?

Rencontrer et échanger avec des auteurs?

Suivre des animations et des débats autour du livre?

Et bien! Visitez la CARAVANE DU LIVRE ET DE LA LECTURE EN AFRIQUE DE L’OUEST, l’étape de la Côte d’ivoire!

LIEUX:

ABIDJAN: à l’institut Français (ex CCF), du mardi 29 mai au samedi 02 juin 2012;

YAMOUSSOUKRO: à l’alliance Franco-Ivoirienne du 04 au 06 juin 2012;

BOUAKE: au centre Culturel Jacques Aka, du 07 au 09 juin 2012;

KATIOLA: du 11 au 12 juin 2012;

KORHOGO: à l’alliance Franco-Ivoirienne, du 14 au 16 juin.

Sous la houlette du Ministère de la Culture et de la Francophonie, la CARAVANE DU LIVRE ET DE LA LECTURE EN AFRIQUE DE L’OUEST est organisée par l’Association Internationale des Libraires Francophones (AILF) et l’Association des Libraires de Côte d’ivoire (ALCI).

 

Mes passages à l’Institut français les 31 mai et 1er juin 2012:

1er jour 12h45: j’arrive à l’institut sur la clôture duquel est accrochée une grande banderole sur l’évènement. Ça me fait plaisir. Je suis sure d’y voir du monde comme au temps du CCF où les férus de lecture se retrouvaient régulièrement pour vivre leur passion commune.

Au sous-sol je remarque, de nombreuses chaises vides, prêtes à recevoir des participants à d’éventuelles conférences sur le sujet. Nulle part je ne vois afficher de programme dans ce sens…

Juste derrière, j’aperçois un stand de la Librairie de France en forme de U. Je me dirige pour me concentrer sur les ouvrages en vente. Mon constat:

  1. Rien de nouveau pour moi qui fréquente (à contrecœur) régulièrement la LDF. Les mêmes bouquins sont là d’écrivains locaux, avec bien évidemment toute la gamme de Isaïe Biton et Regina Yaou, ainsi que les crus made in GO MEDIA. Quelques auteurs étrangers sont aussi représentés (Alain Mabanckou son verre cassé et sa mémoire de porc-épic, Maryse Condé, etc…)
  2. Euuuh tous les livres ne sont pas à -50%. Dans tous les cas cela n’aurait pas été rentable de diviser par 2 le prix de bouquins qui coutent à la base à peine 2500 Fcfa…quoique l’idée étant d’inciter à la lecture… Je bénéficie quand même de 200 Fcfa de réduction pour l’achat de « RegardD« , ensemble de chroniques illustrées de Cheick Yvhane… Il y a encore quelques semaines, je ne connaissais pas ce monsieur qui animait sur la radio Nostalgie. En plus d’être mignon (digression de femme! Lol), ses chroniques sont d’un excellent réalisme. Étant une habituée de Martin Page, je n’hésite pas trop à rajouter à ma PAL (pile à lire) « La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique« , pour seulement 2200 Fcfa, cela a semblé être une très bonne affaire…
  3. Trois vendeurs de la LDF sont installés de chaque côté du U, mais à mes yeux, dans leurs yeux manque un peu trop la passion du livre… Enfin j’imagine qu’ils sont payés pour vendre et pas pour communiquer une passion quelconque…
  4. Durant l’heure que je passe sur les lieux, je ne vois aucune autre personne s’aventurer ne serait-ce que par curiosité dans cette partie de l’Institut Français… « A l’heure de pause où les gens ont faim, qui va venir regarder livres??? »… De même aucun élève ou étudiant à l’horizon…*

2ème jour, même heure: rien de neuf…sauf une p’tite prise de tête avec l’un des vendeurs, sur laquelle il n’est pas nécessaire de m’attarder ici…

CONCLUSION: LE LIVRE AGONISE…ON NE S’Y INTÉRESSE PAS VRAIMENT CHEZ NOUS!!!

En espérant que cette caravane ait un peu plus de succès à l’intérieur du pays…

Le chien aboie, la caravane passe… A moins que ce soit la caravane qui peine à avancer…

Image

LIBRAIRIE OUI…MAIS AUSSI « PAR-TERRE »

Si on me demandait de qu’elle objet j’aurais pu être amoureuse, sans hésitation je répondrais: LE LIVRE!!!

La valeur que cet objet a pour moi est comparable à celle que n’importe qu’elle fashion-girl aurait pour sa garde-robe.
J’aime le livre dans tous ses aspects et de mes 5 sens je ne me lasse jamais de le savourer, raison pour laquelle je fouine souvent dans les quelques librairies que nous avons dans la ville d’Abidjan… Ma préférée, et de très loin, étant MEDIASTORE, la plus grande, la plus fournie, la plus « avec des employés pros à l’écoute du client » (ça compte).
Ce que je déplore chez les autres libraires c’est parfois l’état lamentable des livres en rayons, qui s’ennuient de solitude et finissent par jaunir de pas être emportés par quelques clients ou d’être mal conservés…
Il faut dire que la lecture n’est pas le sport national…Mais quand même je trouve que ce n’est pas une raison!

Il faut dire que je choisis toujours mes livres avec précaution. Jamais celui qui est en exposition, toujours celui qui est tout en bas, qui n’a pris aucune poussière et surtout qui ne souffre d’aucun pli!! Maniaque mais pas trop! 🙂
Je déteste les livres mal entretenus…leurs propriétaires surtout d’ailleurs! Lol! Le contenu est certainement le plus important mais l’aspect extérieur du livre ne doit pas être négligé!!
J’ai toujours du mal à prêter un de mes joujoux de peur qu’il ne me revienne en piteux état…ou même qu’il ne prenne plus le chemin du retour (expériences douloureuses déjà vécues!!!).

Paradoxalement, j’adore chiner…. Or qui dit objets d’occasion, dit souvent état laissant à désirer.

Et voilà que j’en viens aux nombreuses « librairies par-terre » qu’on peut trouver à chaque coin de rues, des étals précaires, mais des « Gibert Joseph » à la sauce africaine, le principe étant le même: on y trouve de tout en neuf ou d’occasion, on peut tout acheter ou tout simplement faire du troc.
A mon humble avis, ces librairies informelles font beaucoup plus pour la culture et le recyclage que les géants incompétents qui se prennent pour les cavernes du savoir!

Quand je tombe sur une librairie par-terre, je ne peux m’empêcher de fouiner jusqu’à trouver mon bonheur… Et cela même quand je mon escarcelle me fait des signes alarmants de défaillances certaines!!!

Contrairement à mes tournées dans les librairies standards, certains de mes critères de sélection changent: au « par-terre » la poussière ne me gêne pas, le papier jauni ne me répugne pas de prime abord…
Avec la patience d’un orfèvre, j’explore les piles de livres et mon œil expert ne me trompe jamais sur la perle à révéler, et cela, même quand l’étal ne tient son éclairage que d’un lampadaire à la lueur faible…
Même en plein « par-terre » je réussis toujours à dénicher du quasi neuf à petit prix, des publications qui a mes yeux devraient être des collectors (exemple: Terre Ivoirienne, Amadou Koné Publication de 1979 réédité en 1983…Une vraie pépite pour moi!).

Aaaah les prix à la librairie par-terre!!!! Ils défient toute concurrence et ça j’adore!!!
Comment ne pas être ravie d’acheter plus de 5 livres au prix qu’aurait couté 1 seul dans une librairie conventionnelle et parfois dans un état similaire. LA JOIE!!
Un point non négligeable: ces librairies sont une véritable aubaine, pour les personnes à revenus plus que modestes, leur permettant de réconcilier leur porte-monnaie avec leur l’amour de la lecture…

ALORS VIVE LA LIBRAIRIE PAR-TERRE POUR QUE REVIVENT CERTAINS TRÉSORS DE LA LITTÉRATURE!

ET SI BITON AVAIT TORT?

Et si Biton avait tort ??
A ma décharge, il faut que j’admette que j’ai un petit problème avec monsieur Biton, l’écrivain certainement le plus lu en Côte d’Ivoire. Non pas que je n’aime pas la personne, mais simplement que je n’accroche pas à son écriture et ne cesse de me demander ce que ses milliers de fans y trouvent… Chacun ses goûts.
Les chroniques de monsieur Biton dans GO Magazine, j’adhère encore moins. A chaque lecture, les mercredi, je me dis que cet homme se prend vraiment pour monsieur « je sais tout »…Mais si monsieur Biton avait tort ??

Mercredi 26 octobre, je tombe sur son article « HABILLER SON MARI ».
Monsieur Biton affirme que l’approche amoureuse des femmes d’aujourd’hui le fait sourire et même rigoler.
« Elles pensent qu’il suffit d’envoyer un sms ou des mails chaque jour, sans parler des appels pour manifester son amour à l’homme qu’elles aiment. Carton Rouge !
Je suis d’une génération où les femmes aimaient vraiment, sans chercher une contrepartie. Elles aimaient en actes. Dès qu’elles ressentent de l’amour pour vous, vous recevez régulièrement des plats, des pochettes brodées ou des morceaux de pagnes pour vous faire une chemise. Elles ne connaissaient pas : Tu me donnes je te donne. Yako femmes d’aujourd’hui, avarice va vous tuer !
»

Là où je suis d’accord avec notre Biton national c’est sur le YAKO FEMMES D’AUJOURD’HUI !! Yako à nous qui pourrissons la vie des HOMMES D’AUJOURD’HUI. YAKO d’aimer des hommes d’avant dans notre époque d’aujourd’hui !!!
Balivernes débitées par tonton Biton !! A force d’avoir une horde de fans femmes aveuglées par ses discours, il en oublie l’autre aspect : NOS CHERS HOMMES DONT ON PARLE SONT EGALEMENT D’AUJOURD’HUI !!
Bien évidemment les femmes de la génération Biton n’avaient pas le choix…les portables et autres mails n’existaient pas ! Pourquoi comparer des époques diamètralement opposées ??
Est-ce que monsieur Biton a conscience que de nos jours, les plats de l’amoureuse sont souvent suspectés de « gbassure », les morceaux de pagnes ou autres cadeaux offerts sont considérés comme des pots de vin à l’amour, ne parlons pas des pochettes brodées qui paraitront d’un autre temps et qui finiront dans un fond de tiroir sous le prétexte que des pochettes griffés oui, mais de marques grand luxe ou rien !

L’HOMME D’AUJOURD’HUI ne facilite pas les choses à la FEMME D’AUJOURD’HUI !!
Combien d’entre nous n’a pas entendu un jour HOMME D’AUJOURD’HUI lui dire : – tu ne peux pas m’acheter malgré tout ce que tu fais !!
Quoi ???? Qui pense achat quand FEMME D’AUJOURD’HUI pense juste amour ???
Or, dès qu’il sent le bon filon, HOMME D’AUJOURD’HUI nhésite jamais à tester la « générosité » de FEMME D’AUJOURD’HUI !! Okpôôô !
Pourtant quand :
– Tu paies au resto, HOMME D’AUJOURD’HUI se dit que tu veux être supérieure à lui.
– Tu ne paies pas, HOMME D’AUJOURD’HUI se dit intérieurement qu’il va faire quoi avec une go avare comme ça, qui ne fait même pas semblant de proposer de payer une partie de l’addition.
– Tu proposes de faire fifty fifty, HOMME D’AUJOURD’HUI se dit que t’es dangereuse, égoïste et que s’il se trompe pour te mettre dans son foyer un jour, tu seras toujours entrain de penser en « chacun pour soi » !

Si l’amour n’est pas la comptabilité comme le souligne monsieur Biton, pourquoi Les moindres actions de la pauvre FEMME D’AUJOURD’HUI sont autant passées à la loupe par HOMME D’AUJOURD’HUI ???
D’expérience, je peux affirmer aussi sûrement que monsieur Biton affiche ses théories, que HOMME D’AUJOURD’HUI est plus calculateur que son ancêtre ! Lui ne fait rien pour rien ! Pochette brodée il mange pas ça ! Les SMS l’arrangent, surtout quand il dispose de toutes les formules des opérateurs téléphoniques pour en envoyer des tas gratuitement ! Pour lui la femme idéale est super bien foutue, fessue, « seintue », mince en étant un peu awoulaba… et j’en passe. Elle n’a surtout pas besoin d’être intelligente (femme qui réfléchit trop c’est un tue-l’amour) etc…

FEMME D’AUJOURD’HUI est désemparée, on veut lui appliquée des codes anciens, dans un monde qui a complètement changé. HOMME D’AUJOURD’HUI surtout africain a trouvé la parade : il impose ce qui l’arrange sans penser à l’autre, aux efforts surhumains que FEMME D’AUJOURD’HUI est obligée de faire pour s’adapter à ses désirs.
Putain que FEMME D’AUJOURD’HUI en a marre : sur la balance des concessions à faire, on lui en demande un peu trop ! Et à côté HOMME D’AUJOURD’HUI qui bombe le torse parce que de toute façon : « les femmes sont plus nombreuses que les hommes, va falloir montrer patte blanche…Sinon… hum ! ». Notre sort entre leurs mains ???
Il est bien beau de déblatérer à longueur de lignes des fais pas çi, fais pas ça pour garder son homme…mais il faudra prendre conscience que la vie n’est pas si simple pour FEMME D’AUJOURD’HUI…
HOMME D’AUJOURD’HUI a moins de cœur que HOMME D’AVANT, du coup FEMME D’AUJOURD’HUI n’arrive pas à se sentir l’âme de FEMME D’AVANT !

Je suis loin d’être une féministe, mais je me dis que les gens de GO MEDIA gagneraient à faire un « GARS MAGAZINE » histoire que monsieur Biton aille là bas leur apprendre à eux le fameux art d’aimer. Peut-être qu’avec ça il pourrait les convaincre d’être de VRAIS HOMMES D’AVANT !!