Pensé et puis sciencé, ça fait 2

Vendredi 27 novembre 2015, 20h. Popodipo à la Fabrique Culturelle pour écouter ce que L’étudiant et Kapegik, deux membres du Collectif « Au nom du slam«  ont a gbahé.

Nous ne sommes pas nombreux, mais cela importe peu. Là où deux ou trois sont réunis pour jongler avec les mots, les gars du ghetto sont dispo pour faire leur réalité-show.

20h30. Décor planté. Thème du jour : « Pensé et puis sciencé, ça fait 2 ».

NB: si vous êtes bleus en nouchi, attrapez vos keurs deh. Je ne ferai pas de traduction, mais avec un peu d’attention vous finirez par décrypter.

PenserSciencer

Les mecs ne sont pas passés par quatre chemins pour dépeindre les réalités du Ghetto. Leurs sacs étaient gbé de mots. Haut-parleur dans la gorge, ils n’ont pas hésité à sonner l’alarme sur ce qui ne va pas dans notre société.

Ils nous ont fait comprendre la différence entre cherchement et grouillement, nous ont expliqué comment John Pololo est devenu collègue de Victor Hugo. Pololo philosophe du djassa, parce que la rue fait plus sciencer que les discours de Socrate.

Dans le Ghetto, c’est pas la vie de choco. Les uns petit-déjeunent aux gboflotos pendant que les autres savourent leurs croissants chauds. Tout est dur dans le Ghetto. La misère est au kohi. Le taux de chômage est élevé. L’horizon semble s’obscurcir de jours en jours. Les gars piqués n’ont pas luck avec les gos. Tout le monde sait qu’à Babi quand tu n’as pas lahen tu rivalises en transparence avec les vitres! Ghettoman yako!

On dit que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt,
Donc nous là on veille mais la galère impose son veto!
On voulait réussir, avoir l’argent comme les Popito,
Mais au Ghetto on est plus bailly que Spinto!!
Dans le Ghetto, le championnat est trop serré donc tout le monde joue en défense. A défaut de marquer, faut pas encaisser…

Mais n’y a pas que la misère dans le Ghetto. Il y a la communauté renforcée, il y a la solidarité imposée, et malgré la foi en constante épreuve, il y a l’espoir…

Molo molo, on cotise nos moros moros
Inch’Allah un jour tchoco tchoco
On n’va plus s’habiller chez toclo toclo
C’est vrai on est venu au monde codjo codjo
Mais on doit retourner choco choco
C’est pourquoi on pleure pas, on boro boro
Tous les jours pour avoir nos togos togos

Spectacle "Pensé et puis sciencé ça fait 2", 271115 Fabrique Culturelle

Pour tout vous dire, J’AI ADORÉ CE SPECTACLE! Si je devais donner une note, ce serait un 19/20 sans hésitation. J’ai aimé l’intelligence avec laquelle les gars ont manié les mots, la justesse de leurs propos, le fait d’assumer les faiblesses du Ghetto tout en incitant au courage pour s’en sortir. En définitive « pensé et sciencé ça fait vraiment 2 ». On pense en paix, mais on science avec tous les problèmes de la terre dans la tête dans la quête de solutions, de ce bonheur qui trop souvent joue des tours. Mais il faut rester déterminé, ne pas se greffer à la fatalité, pousser les bons pions dans ce grand jeu d’échecs. A force de bara, un beau matin à la porte frappera la baraka!

Albert c’est chaud ya pas tchokoya

A lheur là c’est propoli c’est plus chocoya
A lheur là c’est aclissigui c’est plus kôrôya
A lheur là c’est minds bori c’est plus grokêya

 

Merci à toutes les personnes qui ont contribué à ma joie ce jour là:

  • L’étudiant, excellent poète du Ghetto,
  • Kapegik, avec son nouci-slam qui glisse comme l’eau sur la peau,
  • Noucyboss qui a bien tenu la cabine,
  • Le rossignol en dreadlocks,
  • L’inégalable Philo qui m’a pliée de rire avec l’histoire de son Tonton Totor,
  • La déesse Amina Mèliane Bamba éveileuse de conscience,
  • Chantal Djédjé, aimable proprio de la Fabrique Culturelle,
  • Le serveur toujours poli…

Pour poursuivre la science slamique sous un autre registre, je vous invite à assister à l’hommage qui sera rendu par le Collectif « Au nom du Slam » à l’écrivain Bernard Dadié, le 4 décembre 2015 à 19h au Goethe Institut. Entrée Libre!

Hommage Bernard Dadié Collectif au nom du slam

Voyage « Debout-payé » avec Gauz

Il y a des aventures, tout comme des lectures dont on ne sort pas indemne.
Il y a le style de Gauz, ses mots qui saisissent et en imposent.
Il y a Ossiri, symbole d’une immigration africaine, autour de qui tournent les 172 pages d’orfèvrerie que constitue le roman « Debout-payé ».

Debout-payé, c’est l’histoire commune à beaucoup d’africains et particulièrement d’ivoiriens partis se chercher à Bengué (en France). C’est la solution de facilité offerte à ces noirs, en situation pas toujours régulière, pour joindre les deux bouts. C’est un hommage aux molosses invisibles qui tiennent avec stoïcisme leurs postes de vigiles dans les différents temples de la consommation.

Alors, que pourrait-il bien se passer dans la tête de ces Black Men In Black durant leurs heures de travail?
Avant Gauz, avouons-le, tout le monde s’en fichait! Mais grâce à lui, nous nous rendons honteusement compte qu’un vigile peut en avoir dans le ciboulot. La claque! Une fois encore, la carapace ne détermine pas l’intérieur… On le sait pourtant, mais on l’oublie souvent.

Avec la virtuosité d’un chef d’orchestre philharmonique, Gauz nous dépeint ici la riche vie intérieure d’un vigile (futé) alimentée par ce monde extérieur qu’il est chaque jour obligé d’épier pour survivre…

Chacun se retrouve en lisant « Debout-payé ». On sourit de toutes les couleurs, au fil des douches froides, tièdes ou chaudes qu’on reçoit ligne après ligne.

La vie d’Ossiri, ses origines, son travail, les clients indifférents qu’il côtoie, ses amitiés, ses doutes, les autres africains dans leurs différences, la françafrique, les conséquences du 11 septembre… « Debout-payé » s’apparente à un assemblage de poupées russes…
On prend goût à la satire et on se surprend à découvrir et déguster avec avidité les mignardises que l’auteur s’est amusé à emboîter pour notre plus grand plaisir!

Parce que ce voyage littéraire vaut le coup, je vous recommande vivement ce premier roman de cet auteur que je considère comme l’un des meilleurs de son époque…

image

Extraits :

« Chacun remplit sa demande d’emploi avec plus ou moins de concentration. Nom, prénom, sexe, date et lieu de naissance, situation matrimoniale, numéro de sécurité social, etc. Ce sera l’épreuve intellectuelle la plus exigeante de la matinée. Quelques uns regardent quand même sur la copie du voisin. Héritage des bancs de classes ou manque d’assurance. »

« AMY WINEHOUSE. Une femme est le sosie confondant d’Amy Winehouse. Au point que le vigile se demande si au lieu de tester les parfums sur sa peau, elle ne va pas plutôt les ouvrir pour les boire. »

« VACHERIE. Certes, il existe des niveaux un peu plus exigeants dans les métiers de la sécurité. Et vigile est à la sécurité ce que 《La vache qui rit》est au fromage. »

image

Comme diraient les ivoiriens: Gauz là c’est pas l’homme, c’est génie!

« Debout-payé » de Gauz, édité par LE NOUVEL ATILA est disponible depuis le 28 août 2014.
17 € à Bengué.
13.900 FCFA à Babi.

Les geeks d’Abidjan en mode fashion

Samedi 12 avril 2014, 19h restaurant Solarino, Abidjan II plateaux 7ème tranche.
À l’entrée, un défilé de jeunes hommes et femmes aussi classes les uns que les autres.
Ils sont tous là pour la Fashion Geek organisée par DIABY MOHAMED, proprio de la start-up SOCIAL.CI , en partenariat avec Orange Côte d’Ivoire.

Fashion et Geek?
En rassemblant la communauté 2.0 d’Abidjan autour de ce thème, les organisateurs ont brillamment démontré que les deux qualificatifs pouvaient être aisément compatibles.

Ambiance chic mais détendue, prestations musicales, défilé de mode (avec l’accessoiriste SAMARA et le styliste JAM), dîner, intermèdes jeux du sponsor: la soirée fut une réussite!
Nous avons même eu droit à une improvisation piano-voix du journaliste-blogueur Israël Guebo et à une interprétation audacieuse de « sous le vent, avec la très populaire Nnenna Nwakanma dans le rôle de Céline! Fallait y être pour l’entendre!!!

Minuit était passé mais nos carrosses n’avaient pas encore pris leurs apparences de citrouilles…  Les pas de danses se faisaient plus techniques (Édith Brou et Fleure N’Doua peuvent l’attester), les rires plus joyeux et les conversations de plus en plus bon enfant…Pourtant il fallut se résoudre à partir…

Cette Fashion Geek a particulièrement été pour moi l’occasion de mettre un visage sur les noms de certains amis jusque là virtuels.

Malgré un léger bémol (Macmady, la Reine des Nappys de Babi, me comprendra) je quittai les lieux très satisfaite de l’organisation générale.

Merci encore à Diaby Mohamed et mention spéciale à tous les acteurs dans l’ombre (@KadijaDoumbia, @Marck_Andyy les autres) et à Olivier Depekine, super animateur d’un soir.

Fashion Geek 2? Des chances que j’y participe.

image

Enid Blyton, une femme imparfaite

Si je fais un micro-trottoir dans les rues d’Abidjan en demandant aux petits comme aux grands « Connaissez-vous Enid Blyton? », il y a de fortes chances que j’aie des réponses négatives.

Mais si je poursuis ma démarche en posant la question suivante: – Avez-vous déjà vu, tenu entre vos mains ou lu « Le club des cinq / Oui-oui / Le clan des sept« ?, sûr que sourire aux lèvres certains me raconteront leurs souvenirs d’enfance, sans se rendre compte que si ENID BLYTON n’avait pas existé, tous ces trésors de la littérature enfantine n’auraient jamais été écrits.

Eh oui, cette femme britannique, l’un des auteurs les plus populaires de son pays, a marqué la vie de beaucoup d’enfants des quatre coins du monde, moi y compris! D’ailleurs Claude était mon personnage préféré du Club des cinq…

Avec sa production importante de livres pour la jeunesse, on aurait pu s’imaginer qu’Enid était la mère idéale qui avait toujours la petite histoire inédite pour émerveiller les enfants qu’elle devait avoir ou la femme vertueuse dont tout homme pouvait rêver pour porter ses enfants.
Ce n’était pas le cas.
En réalité, Enid était une vraie peste sans aucun instinct maternelle, mythomane, manipulatrice de son monde, insensible, avide de succès…

En regardant le film sur sa vie, « LE ROMAN D’ENID BLYTON, on réalise stupéfait, que beaucoup de personnes qu’on admire ne sont au final pas toujours ce que leur image reflète.

Enid préférait câliner son chien plutôt que ses filles. Elle mentait sur son passé en enjolivant son enfance. Pourtant son père, dont elle disait à qui voulait l’entendre que c’était le plus brave, le plus intelligent, le meilleur des hommes, les avaient abandonnés, sa mère, ses deux frères et elle sans jamais faire signe de vie.
De la même manière, Enid aussi tourna la page familiale, en quittant à son tour ses frères et sa mère et en les effaçant pour toujours de sa mémoire…
Les nurses se chargeaient d’aimer ses filles (Gillian et Imogen) pendant qu’elle tapait sur sa machine a écrire, ses 6000 mots quotidiens.
Sacrée Enid Blyton, championne de la mise en scène qui utilisait ses filles, le temps de quelques séances photos, pour vendre à ses lecteurs un bonheur familial illusoire!

Enid était un être détestable qui réussit malgré cela à faire des miracles dans la vie de millions de gens et dont les écrits continuent de conquérir de nouveaux coeurs.
C’était surtout une âme triste qui trouvait dans son imaginaire le moyen de survivre à ses peines. Elle écrivait pour fuir la réalité. Ses histoires pour enfants etaient en quelques sortes ses boucliers.

Enid Blyton était simplement une femme imparfaite. Pas besoin de lui en vouloir pour ça…
Les mots de l’écrivain appartiennent à ses lecteurs, ses maux quant à eux, même s’ils sont parfois le moteur de son inspiration, n’appartiennent qu’à lui…

Même un mauvais coeur peut produire de belles choses. Tout le monde a un côté obscur…

image

Credit photo : Wikipedia

Je suis Afropolite…

image

Je suis Afropolite et j’aimerais partager avec vous ma vision du monde.
Je suis Afropolite, assurément Africaine noire, éperdument Cosmopolite.
Je suis Afropolite, Femme à plusieurs visages et à plusieurs mains.

Je vis aux quatre coins du monde.
Je retrouve mon identité dans ma culture multiple.

Je viens de créer mon site, THE AFROPOLITE, une sorte de café afropolitain pour femmes émancipées, actives et libres dans leurs têtes pleines.
Je suis ouverte à tous les sujets, du plus sérieux au plus tabou.

Je suis une francophone qui manie d’autres langues que celle de Molière.
Je veux bien que les anglophones me disent « afropolaïte », car, si franche je suis, toujours polie je reste.

Je suis Afropolite et je vous demande de retenir une date: 03 MARS 2014.
Ce jour là, je vous ouvrirai ma porte et me ferai un plaisir de vous faire visiter mon antre.

Je suis Afropolite et j’ai hâte de commencer l’aventure avec vous!

Rendez-vous donc le LUNDI 03 MARS 2014 sur THE AFROPOLITE

EN ATTENDANT, BON WEEKEND À TOUTES ET À TOUS!

image

L’ONG FEMAD ORGANISE LE 1ER SEMI-MARATHON DE LA FEMME

Parce que sans elles l’humanité n’est rien, chaque 8 mars, les femmes sont célébrées dans le monde entier; femmes de tous horizons, semblables mais si différentes, fragiles et fortes à la fois.

Parce que je suis femme, africaine et ivoirienne, j’ai eu l’âme illuminée en entendant parler de l’événement qu’organise L’ONG FEMAD le samedi 8 mars 2014 en collaboration avec BUSINESS ASSOCIATE GROUP: la 1ère édition du « SEMI-MARATHON DE LA FEMME » qui se déroulera dans la commune de cocody de 7h à 12h.
5,6 Km à parcourir avec pour point de départ le terrain de la Sogefhia.

Je m’imagine déjà rassembler mes petits pouvoirs d’athlète pour affronter le bitume. Je me vois marquer mon premier arrêt au niveau de l’INSAAC (pas par essoufflement, mais juste parce que le sport c’est aussi de l’art! Lol). Usain Bolt dans mon corps, je snoberai l’école de gendarmerie et le carrefour de la vie. Je ne serai point martyr sur ledit boulevard…et lorsque je franchirai la ligne d’arrivée, je ferai éclater ma joie d’être femme!!!!

Tout ça pour dire que OUI JE PARTICIPERAI AU SEMI-MARATHON DE LA FEMME!

Cet événement est ouvert à TOUTES LES FEMMES résidant dans le district d’Abidjan ou désireuse de faire le déplacement pour le fun. L’inscription est gratuite, mais devra se faire par mail ou par téléphone.
Les dossards seront remis 2 semaines avant l’événement.

Ce semi-marathon du 8 mars marquera la fin d’une semaine riche en activités.
C’est ainsi que le 1er mars 2014 une séance de collecte, don de sang et de prévention sur le cancer de sein et du col de l’utérus aura lieu dans les villages d’Anono, de Blockauss et d’Agban.
Le 5 mars 2014, ce seront les lycées Sainte Marie de Cocody, Mamie Faitai de Bingerville, Technique et Classique de Cocody qui bénéficieront de conseils sur les cancers dont les femmes souffrent le plus.
Le 6 mars 2014, une autre séance de collecte et don de sang se déroulera dans des grandes écoles (ITES II plateaux, UCAO, AGITEL FORMATION).

Toutes ces activités en l’honneur des femmes vivant en Côte d’ivoire verront le concours actif des organismes suivants:
– Ministère de la solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant.
– Mairie de Cocody
– Programme national de lutte contre le cancer.
– Centre national de transfusion sanguine.
– Fédération ivoirienne d’athlétisme.

FEMMES DE TOUS ÂGES, DE TOUTES ORIGINES ET CATÉGORIES SOCIALES, CE JOUR EST LE NÔTRE!
VENONS DONC NOMBREUSES BRÛLER NOS CALORIES DANS LA BONNE HUMEUR!

RENDEZ-VOUS LE 8 MARS 2014!

Les hommes venez nous soutenir!!!

image

Contacts :
Mail: infos@businessgroupe.com
Site: BUSINESS ASSOCIATE GROUP
Tél: 21 00 29 71 / 21 00 29 68 / 45 79 79 18

Oyé Oyé! Les YéYés débarquent bientôt!!!

Un seul mot me vient à l’esprit en pensant à eux: FRAÎCHEUR!

Eux ce sont Elodie, Ismael, Jacob, Stéphanie, Aude, Pamela, Jocelyne, Emma, Alice, Gauz et Chimène.
Ces gos et gars IN forment le groupe des YéYés, une confrérie qui a bien l’intention de révolutionner l’univers des Web-magazines à la sauce ivoirienne.

De la culture aux sujets de société, les articles YéYés ne laisseront personne indifférent tant par leur originalité que par leur richesse.

Le magazine YéYé sera dans la place dans quelques jours. Mais déjà, je vous invite à adopter la culture Yéyé made in babi.
Bientôt, vous ne pourrez plus vous passer du yeyoscope, des leçons d’ivoirologie, du carnet yéyé, des chroniques, du luxe by yéyé et de toutes les autres rubriques YéYéennes sans aucun effet yoyo!

J’ai eu la chance de découvrir une partie de l’excellent boulot des YéYés et vraiment j’ai adoré!!!

Comptez donc sur moi pour vous avertir dès que la machine se mettra en route!

Les YéYés moi j’y crois!!!!

YéYé magazine un clic qui va faire BOOM dans vos coeurs!

image

image

Stéphane, l’homme de mon année!

Je suis très peu impressionnable de nature, pourtant lui a facilement réussi à me séduire.
Tel un prince vaudou, il a su m’envoûter de sa magie douce et par ses mots toujours à propos…

Lui, c’est Stéphane Kouakou (ou @iamstephanek sur Twitter), un jeune-homme qui possède beaucoup de cordes à son arc.

image

Je suis d’abord tombée amoureuse de ses jolies rimes sur Des mots, Des images…
Ensuite, j’ai fini par être éprise des choses qui lui passaient Dans sa cabeza : tout un état d’esprit!

Jusqu’à hier matin, je ne savais pas que ce garçon était en réalité mon « homme de l’année »… Mais quelque chose s’est produit hier soir, lorsqu’une méchante grippe décida de me rendre visite.

Pour la première fois de ma vie, j’ai été affolée à l’idée de ne pas pouvoir faire du sport le lendemain!!!
C’est alors qu’il eût un éclair dans mon cerveau: #SELFMOTIVATOR!!!

Cette recette, Stéphane la prépare quotidiennement avec toutes sortes d’ingrédients et la partage avec ses amis internautes.
Je l’ai testée, dans ma cabeza, hier et j’ai compris qu’elle marche à tous les coups!
RIEN N’EST IMPOSSIBLE QUAND ON A LA MOTIVATION QU’IL FAUT!

Je me suis endormie avec 39 degrés de fièvre en me disant que coûte que coûte, j’irais en salle ce vendredi! Après tout, le sport c’est la santé non???
D’ailleurs, si Stéphane peut faire son footing, en temps d’orage, c’est que moi aussi je peux faire de la gym et aller à la piscine avec ma satanée fièvre!

De plus, l’homme de mon année soutient qu’ #unbravenemeurtjamais!
Depuis hier, je sais que je fais partie des braves! I am a WINNER and i got THE POWER!!!! Et tout ça grâce à qui???

Aujourd’hui je fais 38 degrés de fièvre, mais j’ai une pêche extraordinaire!

ALORS MERCI STÉPHANE!!

Nb: Euh, que SA (ou SES proprios) se rassure(nt): mon amour pour lui n’est totalement qu’artistique et amicale.

HAPPY BLOGDAY!

En ce 31 août, journée mondiale du blog, je me permets de recommander à mes visiteurs quelques blogueurs qui font le bonheur de la webosphère ivoirienne. Même si quelques uns ont considérablement ralenti leur rythme d’écriture, un p’tit tour dans leur monde ne serait pas du temps perdu.

Nnenna nwakanma Israël Yoroba Cyriac Gbogou Yehni Djidji SirPolman Dans ma cabeza Behem Ceschod Cartunelo Abou Kam Fabien Kahé Macmady Yeo Kanigui Melissa Gueï Les ivoiriens ont du talent Yoyo La jolie Edith Brou Jean Patrick Ehouman Aayyah Ocomar Des mots et des images 225 nouvelles Fantastyck Onorynk Marck Andy Civblogs Yacoubahien Emile Bela Meli-melo d’une intello

A tous, ainsi qu’à ceux que j’ai oubliés de mentionner ou que je n’ai pas encore découverts, je dis:

HAPPY BLOGDAY & BONNE CONTINUATION…