Ma vie de rat à l’allocodrome de cocody

Mon nom c’est Jeannot Lerat. Je vis à cocody, l’un des quartiers les plus chic d’Abidjan… C’est ce que les humains disent, parce que personnellement je ne vois pas sur quoi ils se basent pour se donner cette classification 5 étoiles.

Chaque jour que Dieu fait, les gens auto-proclamés « chocos » (= in, branchés etc…) accourent dans ma maison pour troubler ma quiétude et celle de ma famille. Mais comme nous ne sommes pas compliqués et que nous préférons la paix à la guerre, nous avons établi un système de cohabitation qui semble bien arranger ces humains: chacun fait comme s’il ne voit pas son camarade et la vie continue…

Nous vivons bien dans ces conditions. Ce que les humains appellent insalubrité équivaut à une aubaine pour nous… Mais à la vérité, entre eux et nous qui est sale???

Parfois je fais des cauchemars dans lesquels ils ont la mauvaise idée de dératiser totalement le site! Je ne vous dis pas comment mes poils se hérissent alors…. Mais Dieu merci, jusqu’à présent, personne ne cherche à me déloger. Quand ils disent qu’il y a un Dieu pour tous, ces humains pensent qu’ils sont seuls dans le lot! Que nenni, nous sommes aussi les créatures de Dieu..

J’espère donc couler mes vieux jours paisiblement dans cette maison que ces humains appellent « ALLOCODROME DE COCODY« .

J’ai appris qu’ils sont tellement fière de ma piaule, que dès qu’ils y sont, ils le mentionnent sur les réseaux sociaux… Sur Twitter, Facebook, Foursquare, Instagram on peut lire les « I am @t allocodrome de cocody with tous mes amis cool de babi ». Ils prennent les photos des copieux plats qu’ils viennent engloutir et les postent sur leurs profils…Mais comme ils sont ingrats, jamais aucun d’entre eux n’a daigné m’exhiber fièrement là bas hein!!

Or connaisseur connait! Nous on sait que c’est dans la saleté qu’ils se nourrissent…au même titre que nous!

A ce soir les amis a mi casa, comme d’hab…

Serayah-Morhyelle: une affaire de boucan avec Jésus!

Connaissez-vous Serayah-Morhyelle??? Moi non…du moins jusqu’à cette semaine où j’ai entendu parler de cette chantre évangéliste qui se fait aussi appeler « La boucantière de JESUS! ».

Vendredi 28/06/2013, 19h45: sur insistance d’un « ami qui nous veut du bien », qui nous a offert des places VIP+ pour son concert live (20.000Fcfa quand même hein), mon amie Mimi et moi nous rendons sur les lieux. En avance d’un quart d’heure, nous constatons que nous ne sommes que les 2 et 3ème personnes arrivées! Hum ça promet!

Nous sommes dans une jolie résidence privée, aux couleurs chaudes où l’orange prédomine. On se croirait dans une casa latina. Les poutres de la véranda sont habillés d’organza blanc. Sur notre diplôme…enfin, notre encombrant carton de concert au format A4, je constate que notre « boucantière » aime se vêtir de cette matière prisée par les femmes, en Côte d’Ivoire, dans les années 90.

Serayah Morhyelle

Nous sommes bien accueillies et installées dans le jardin où se déroulera le show. Des serveurs nous proposent de la sucrerie. Allez un petit verre ne nous fera pas de mal, pendant qu’on écoute les instrumentistes (batteur et guitaristes) s’accorder.

20h45: nous assistons à un défilé de personnes dont les tenues rivalisent en extravagance (les boucantiers en Christ sont dans la place!!!). Un détail dont nous n’étions pas au courant: apparemment il y avait un dress code. Le blanc est majoritaire.

21h00: rien de neuf au paradis, il n’y a pas foule. Un trio de choriste vient s’échauffer la voix 10 minutes et repart sans qu’on ne sache la suite du programme. Notre chère et tendre « heure africaine » a encore frappé et nous qui sommes toujours à l’heure devons subir le retard des autres! Mes nerfs vont lâcher, j’ai froid et très mal à la tête.

Nous apercevons « la star », qui vient de temps en temps vérifier la température du public. Elle m’a l’air de teint plus clair que sur les photos de notre diplôme, mais on pourrait jeter la faute sur l’imprimeur qui n’a pas su rendre le vrai teint de la boucantière* (<– oups! Il s’avère que j’ai fait une confusion de personnes)… Bref, là n’est pas le plus important! Je dois me lever tôt le lendemain, et je ne compte pas poireauter jusqu’à l’aube: quand est-ce qu’on commence??Serayah Morhyelle

21h30: L’animateur nous demande de patienter, le temps que quelques personnes arrivent… Franchement, Dieu n’a t-il pas fait dire que « lorsque deux ou trois sont réunis en son nom, il est au milieu d’eux… »? Alors qui d’autre attendons-nous???? Je bouillonne, j’enrage un peu…Presque 22h000 pour écouter quelqu’un dont je n’ai jamais entendu la voix??? J’espère que l’attente vaudra la peine… Mimi (mon amie) qui a une grosse envie de poulet braisé (à cette heure là???) commence à sentir le vertige de la faim.

21h45: Un pasteur, tout en blanc fait des bénédictions. Ça me fait toujours rigoler quand j’entends les paroles du genre: « tous les esprits qui veulent s’interposer au bon déroulement de la soirée sont vaincus etc…. ». Djo apprenez déjà à VENIR A L’HEURE avant d’accuser les nombreux esprits du monde… En fond sonore, on entend le spot publicitaire du concert. Je perçois un « voilà boucan là, boucan là, boucan là…. » Euh est-ce la voix de la chantre??? Parce que si c’est le cas, j’aurais pu me passer de cette soirée…Je reste dubitative… On verra bien…

21h50: Nous avons droit à un cours sur l’escrime et l’épée. On nous présente plusieurs adolescents (dont une seule fille), escrimeurs ou épéistes, tous champions ou vice-champions à divers concours mondiaux… Je ne peux pas m’empêcher de me dire: « Huuumm est-ce que à Yopougon, Abobo ou Koumassi là, un parent a déjà pensé à inscrire son enfant à des cours d’escrime??? Est-ce qu’ils connaissent l’escrime, pour dire même le nom de Laura Flessel?? » Même si je ne suis pas étonnée, j’avoue que je ne me doutais pas qu’il existait une équipe représentant la Côte d’Ivoire, à ce sport, dans le monde…

22h15: la présentation sur l’escrime n’en finit pas… J’en ai plus que ras-le-bol! Mon acolyte de ce plan foireux et moi nous décidons à dire au revoir au concert qui tarde à commencer.

Dans tous les cas, je n’ai jamais aimé le BOUCAN et ce n’est pas cette nuit qu’une idylle débutera entre nous…

Mais pour ne pas finir la semaine bête, je suis allée sur YouTube et j’ai pu dénicher le clip « Le boucan avec JÉSUS ». A chacun d’apprécier selon sa sensibilité…

Personnellement, le problème du RETARD m’a fait déprécier toutes les fioritures autour de ce concert live.

Oserions-nous être en retard si Dieu nous donnait rendez-vous?

Mais, étant donné que l’homme est à l’image de Dieu, apprenons à nous respecter, comme si tous avions affaire à Dieu lui-même…

TROP C’EST TROP: PENDANT COMBIEN DE TEMPS ENCORE L’HEURE AFRICAINE CONTINUERA DE NOUS TUER???

 

Émue par le Jazz…

Deux ans déjà que la BICICI gratifie la population abidjanaise d’une série de spectacles de jazz, sur plusieurs jours, dénommée « Emoi du Jazz ».

Étant très sensible à cette musique et ayant assistée l’année dernière à des performances remarquables, il était évident que je sois de la partie pour la deuxième édition (merci d’ailleurs à Mme K., mon fournisseur officiel de cartes d’invitations).

25 mai, dernière représentation au Palais des congrès de l’hôtel Ivoire (Sofitel Abidjan). Le mauvais temps a failli avoir raison de ma motivation. Je résiste et arrive sur les lieux.
Ah là là, que du beau monde, disons plutôt beaucoup de femmes superbement habillées et maquillées (en promo ce soir mesdames???)

21h: le cocktail est ouvert, différents stands positionnés dans le hall… Beaucoup d’amuse-bouches, du vin, du champagne, des jus de fruits faits sur place etc… Tout le monde est content.
Une dame me fait éclater de rire (en silence bien sûr) devant un stand de verrines.
Elle: – ça se mange ça?
Moi: – oui oui
Elle: – huum je pensais que c’était de la décoration!
Bon on ne peut pas tout savoir…au moins elle ne dormira pas bête…

22h30 environ: le spectacle commence.
Waooouh le violoniste Didier Lockwood, le batteur Paco Séry, le bassiste et le guitariste ne nous déçoivent pas!
Je suis comblée! Ma frustration de la veille est balayée (voir article précédent).

L’ensemble est remarquable, chacun maîtrisant son instrument.
Si je savais déjà à quoi m’attendre avec Paco Séry, je fus totalement bluffée par le talent de ce Didier Lockwood que je découvrais et qui me démontrait avec virtuosité que le violon n’appartenait pas qu’aux registres classiques.
Le violoniste était tellement en symbiose avec son instrument qu’à certains moments, tous les deux nous donnaient l’impression d’un jeu érotique.

Au final, ce sont des instants qui n’ont pas besoin de beaucoup de paroles, qui se vivent simplement et restent gravés dans les mémoires…

Minuit et quart, je n’ai pas vu le temps passer que le show venait de finir!

Un seul mot pour résumer ce concert: MAGNIFIQUE!

J’ai déjà hâte d’être à la 3ème édition…

Vous avez dit danse contemporaine???

Vendredi 24 Mai, au Goethe-Institut Côte d’Ivoire, nous sommes au 3ème jour du Festival International de Danse Contemporaine et de la Scénographie d’Abidjan.

Au programme:

19h30 : La compagnie tchadienne Sabot du vent avec une représentation nommée « Défunt ».

20h00 : « Starting Point 3 » dansé par le duo Felix Bürkle et Hema Sundari Vellaluru, originaires d’Allemagne et d’Inde.

21h00 : Une performance de la compagnie N’Soleh de Côte d’Ivoire.

MON CONSTAT :
Je ne comprends toujours pas pourquoi l’Art contemporain, en général, se veut aussi inaccessible aux pauvres contemporains que nous sommes!
Pourtant je suis quelqu’un de très ouvert aux arts et cultures, mais je dois avouer que pour le coup, je me suis tellement creusée la tête pour interpréter les différents tableaux, qu’à la fin j’étais cérébralement courbaturée!
Les messages délivrés n’étaient, pour la plupart, pas compréhensibles. L’abstrait devenait « VIDE » à mes yeux… J’en ai eu la migraine!

A voir le grand nombre de personnes quitter la salle avant la fin de la pénible dernière représentation, je peux dire sans me tromper que je n’étais pas la seule à vivre ce spectacle comme un supplice!

Cependant, même si je n’ai été transportée par les différents concepts, je ne pourrais avoir l’indécence de mettre en doute le professionalisme des danseurs. De toute façon, je n’aurais jamais été capable de reproduire ce qu’ils ont fait, piètre danseuse que je suis…
Bravo donc pour leurs efforts et les litres de sueurs écoulées…
Le bon point de la soirée: la musique lounge d’accompagnement.

Si c’était à refaire? Euuh la danse contemporaine? Non merci…

A CHACUN SON BUSINESS

Vu ce matin:

« Moi je suis un sourd-muet.
Je vais chercher où se trouvent les cartes d’identités et pièces perdues.
Je n’ai pas volé.

PRIX DES PIÈCES TROUVÉES
Carte d’identité (Nouvelle): 2000F
Carte d’identité (Ancienne): 1000F
Permis de conduire: 5000F
Carte professionnelle: 500F

Prix de la recherche: 100F »

Je suis restée muette devant cet étal insolite…
C’est clair, il n’y a pas de « sous-metiers »… Il y a aussi des « sourd-metiers »
A chacun son business dans pays là…

TOUT SE VEND, TOUT S’ACHÈTE…

2 HEURES DANS LA TÊTE DE FAMCHOCOLAT À L’ELECTION DE MISS CÔTE D’IVOIRE ABOISSO

Ce samedi 23 février, j’ai suivi en live la sélection de Miss Côte d’Ivoire Aboisso.
Je n’aime pas ce type de concours, mais j’avoue ne pas avoir regretté d’être venue.
En quelques lignes, ce qui me passait par la tête à chaque étape du show.

21h30: Le doyen Eba Aka Jérôme, ouvre le concours, avec son tube: « Je croyais que tu m’aimais pourtant c’est faux, tu ne m’aimais qu’à cause de mon argent! L’argent est fini, l’amour est terminé, l’argent est fini l’amour est achevé… »
Ouais! Le show débute bien. Certains vieux revivent leur jeunesse en esquissant quelques (vieux) pas de danse.

21h37: Passage des mistinguettes en tenue traditionnelle. Eeuuh où sont les jolies minettes? Je n’en repère que deux (2) dont une trop sûre d’elle.

21h49: Super Enox (ou Enoce), un groupe zouglou agni, nous sort du: « l’homme noir est méchant, bla yé wô oh hee ». Chorégraphie à revoir…

CONSTAT: De la bière Beaufort Lager est servie au jury pour se désaltérer… Mouais… Serveuses filiformes en vert et noir, longues tignasses évidemment peu naturelles.

21h56: 2ème passage des filles, cette fois en tenue moderne. Brève présentation et un avis sur la tolérance à donner…
La partie qui fait rire!!! On peut voir:
1) La fille qui balbutie de n’avoir pas bien bossé son speech… Le trac? Mouais…
2) La girl qui se pavane en dépassant le micro… Euh ya pas que le défilé dans la vie! Sois belle, mais pas que… Il faut faire un effort! Le comité d’organisation exige que nos beautés fassent preuve d’intelligence. Est-ce trop demander? Hum…
3) Celle qui subjugue par son beau message (la Numéro 6 a réussi a me donner la chair de poule).
4) La trop sûre, mais possible gagnante (numéro 10), avec une gestuelle de charmeuse, parle de tolérance, qu’importe la couleur de la peau (elle a un air quarteron) et le sang qui coule dans nos veines…
5) Celle dont tout le monde se moque mais qui demeure sereine, et répète stoïquement son discours… Après tout, on parle de tolérance non?

22h16: L’artiste Orentchy chante son dernier tube.
L’une des femmes du jury, filme la prestation avec son téléphone. Fan?

22h25: Jeu du sponsor Uniwax.

22h30: Passage en maillot de bain. Il est interdit à quiconque dans le public de prendre des photos.

22h43: Parade des candidates. Tour final.

CONSTAT: Aucun raté dans les défilés, pas de talon cassé. Show parfaitement chronométré.

22h45-22h56: Jeu du sponsor MTN.

22h57-23h07: Jeu du sponsor Beaufort Lager.
Il demande comment dire 1999 en agni, la langue locale. (Moment comique!!) La gagnante a eu droit à un carton de bière…

Ma conclusion avant les résultats: La « très sûre » a tous les atouts pour être Miss Côte d’Ivoire 2013…avec un peu de leçon d’humilité d’ici là…

23h09-23h20: Jeu du sponsor Africauto Hyundai.

23h20: Boukary. Humoristique. Le public est plié de rire en écoutant les histoires des « coupeurs de route » et du « destin de Kouassi Ngele ».

23h28: RÉSULTATS.
(Les chaussures de l’huissier me font penser à un lutin. J’ai le sourire en coin!)

SANS SURPRISE LA « TRÈS SÛRE » (DIA AISSATA) EST ÉLUE MISS ABOISSO…
On verra ce qu’elle vaudra en juin, lors de la finale.

Fin d’année fashion

Les fêtes de fin d’année sont proches. Pour ces occasions les fashionistas (tous budgets confondus) se doivent d’être à la pointe de la mode…

Pour être tendance, pourquoi ne pas adopter le concept du « Tuaaage, Mouraage, Enteraaage!« ? En gros ça va tuer dans la capitale avec le nouvel arrivage de friperie!!! Vous ne me croyez pas?? Huum il suffit de jeter un coup d’œil sur la banderole flashy de ce marchand! C’est pas « samizément deh »! 😀

Arrivage de friperie pour les fêtes de fin d'année - Abidjan

Arrivage de friperie pour les fêtes de fin d’année – Abidjan

 

*C’est pas samizément: c’est pas du jeu (en argot)

 

GRAND-BASSAM PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO

Aujourd’hui 23 novembre 2012, j’ai fait un p’tit tour dans la ville de Grand-Bassam, en principe pour assister au lancement du Festival des Arts de la Rue (FAR 2012) qui doit se dérouler du 23 au 25 novembre 2012.

J’ai été étonnée en arrivant, de ne rien voir qui laissait penser à cet évènement… Tant pis, j’en ai profité pour mieux visiter la ville… On y va tellement souvent pour la plage qu’on en oublie les joyaux d’histoire que détient cette ville.

La maison de la culture, la Bibliothèque municipale, l’ancienne Poste coloniale, la maison des artistes, Le Musée National du costume, le Phare…. Tous des endroits que je me suis régalée à découvrir…

Je suis tombée sous le charme des tableaux du grand peintre Michel Kodjo qui expose à l’ancienne Poste, non loin de la commanderie.

J’ai adoré le travail varié des peintres de la Maison des artistes, mon coup de cœur allant pour les formes abstraites de Tanoh Koffi Mathurin (tanoh_kof@yahoo.fr / Tel: +225 07 73 45 04). J’ai été heureuse de savoir que la plupart de ces personnes réussissent à vivre de leur art.

J’étais comme une gamine au Musée du Costume, à écouter le guide me donner quelques explications sur les accoutrements traditionnels. Ci-après quelques enseignements que j’ai retenus (bien évidemment je ne dirai pas tout pour inviter les plus curieux à visiter ce lieu) :

L’habillement du Roi Akan

  • Les couleurs du pagne kita qu’il porte ont chacune leur signification. Le bleu qui représente le ciel et l’eau, montre l’immensité du pouvoir du roi, signe de puissance. Le Rouge assimilé au sang, est signe de sacrifice. Le Jaune représente l’or, donc la richesse.
  • Les formes dessinées sur les sandales portées par le Roi, donnent beaucoup d’informations. C’est pourquoi ceux qui se prosternent pour le saluer, et qui connaissent les codes, peuvent savoir si les nouvelles sont bonnes ou pas au simple décryptage des sandales du Roi
    .

Les sandales du Chef bété

  • Au bout des sandales du Chef, la forme arrondi représente un oiseau enroulé par un serpent, ce qui signifie que malgré tout ce qui se passe ou se trame derrière son dos, le Roi est toujours au courant de tout! Rien ne peut lui être caché.

Le balai du Chef Yacouba

  • Le balai qu’il tient entre les mains est signe de protection de son peuple: le chef est là pour régner mais dans l’harmonie. Les brindilles représentent son peuple et le Chef est le lien qui les maintient ensemble.

L’histoire des Wolossos

  • A l’origine, les wolossos désignaient des esclaves qui étaient chargées d’instruire les jeunes filles pubères sur la sexualité. Le tabou était grand à l’époque et les parents n’osaient pas en parler directement à leurs enfants. C’est l’évolution de notre société qui a fait qu’on attribue désormais ce nom aux jeunes filles aux mœurs légères…

Pour la suite RDV au Musée National du Costume au Quartier France (Tél: + 225 21 30 13 70). Il suffira alors de vous laisser emporter par la voix du guide…. Thème de l’exposition: Regard Pluriel.

Ma seule déception en visitant Grand-Bassam c’est de constater la vétusté des bâtiments. L’ancien palais de justice n’a de palais que le nom…

Vivement la réhabilitation de ce patrimoine national de l’Unesco!

PS: Pour ceux qui iront à Grand-Bassam, le FAR2012 se déroulera bel et bien durant le weekend.

Vous avez dit Regard Social??

23h10: nous sommes à l’émission Regard Social sur Equinox TV, une chaîne camerounaise qui émet sur le câble.
Des sujets poignants, on parle de personnes atrocement tués, c’est assez triste…Mais le public ne semble pas y être sensible! Tout le monde dort!
C’est à se demander comment sont sélectionnés les participants…

Cette dame parle de son frère tué dans des conditions atroces, dont on ne veut pas restituer le corps à sa famille.

DEJEUNER INSOLITE

Ce midi, j’ai eu l’honneur de déjeuner, avec une personnalité de la scène politique ivoirienne: le PAN Soro Guillaume lui même!!!
Waoouh, il avait complètement emballé mon blissi tebil (Banane Braisée) du jour! Lool!

J’ai souri devant ce face à face insolite avec le PAN en me disant qu’il n’y a que les vendeuses de rues, vraies pros du recyclage, pour créer ce type de rencontres!

J’ai pris le temps de lire et de faire une ptite photo de cet article de FratMat du 14 avril 2009 où l’ancien Premier Ministre parlait de l’organisation des futures élections présidentielles…

Nous sommes en 2012, les élections ont fini par avoir lieu…