Les temps changent, les amours aussi…

Nos parents aiment à raconter, avec les yeux qui brillent, qu’à leur temps, déclarer sa flamme à un jeune-homme ou une jeune fille, était un délicieux parcours du combattant.
C’était l’époque où les moyens de télécommunication n’avaient pas encore interféré dans les relations humaines…où posséder un téléphone fixe était un luxe pour les familles.
On s’attirait par les sourires et les regards timides, on se jaugeait discrètement lors des boums, on passait par de multiples intermédiaires pour accéder à l’être aimé…
Draguer au temps de nos parents était un jeu de patience… Un mouchoir brodé en cadeau apportait la plénitude au coeur de celui qui le recevait et un petit mot en retour pouvait faire attendre sa belle, pendant des semaines voire des mois, sans crainte d’un quelconque orage dans leur ciel…

Et puis nous sommes arrivés…. Les ordinaires téléphones fixes plantés dans les salons familiaux ne nous servaient pas à grand chose. L’exercice était trop ardu de se compter fleurette devant une assemblée de parents assis sereinement devant la télé.
Quand par malheur, un téméraire osait faire crépiter le téléphone chez une fille, en général, il pouvait s’attendre à 2 types de conversations:

Conversation 1 :
– Allô. Bonjour monsieur (ou madame) pourrais-je parler à Famchocolat?
– Vous êtes qui pour elle?
– Un camarade de classe….
– Elle est trop jeune, allez étudier au lieu de chercher les petites filles!! Tchrrroouu! (Fin du dialogue!)

Conversation 2 :
– Allô. Bonjour monsieur (ou madame) pourrais-je parler à Famchocolat?
– Vous êtes qui pour elle?
– Un camarade de classe….
(Famchocolat vient prendre le combiné):
S’ensuit une serie de: – Oui-Oui Non-Non Hum-Hum… Bref, trop drap (gênant) de parler devant les parents…

Ma génération à moi a zappé les mouchoirs brodés de leurs vieux, tout en gardant les intermédiaires et les petits mots… On s’écrivait en attendant fébrilement le verdict: râteau ou pelle????
Ainsi passa ma petite jeunesse…

Depuis mon temps, la génération pressée-pressée a pris la place, aidée dans sa croissance par les dites Nouvelles Technologies de L’information et  de la Communication.
Désormais, on se choisit sur catalogue, sur les sites de rencontres, sur les réseaux sociaux. On communique par téléphone portable, sms, webcam…. On rompt de la même manière.
On vit des amours kleenex: en couple le lundi, en situation compliquée le jeudi et célibataire le dimanche…juste le temps de refaire le schéma avec un autre compagnon de route la semaine d’après….

Quand j’observe les amours d’aujourd’hui, je me dis que nos parents ont eu vraiment de la chance…et je deviens nostalgique du temps où mon coeur était suspendu aux lettres parfumées des jeunes amoureux; poètes maladroits…

Les temps changent, les amours aussi…
Aux suivants!

Les geeks d’Abidjan en mode fashion

Samedi 12 avril 2014, 19h restaurant Solarino, Abidjan II plateaux 7ème tranche.
À l’entrée, un défilé de jeunes hommes et femmes aussi classes les uns que les autres.
Ils sont tous là pour la Fashion Geek organisée par DIABY MOHAMED, proprio de la start-up SOCIAL.CI , en partenariat avec Orange Côte d’Ivoire.

Fashion et Geek?
En rassemblant la communauté 2.0 d’Abidjan autour de ce thème, les organisateurs ont brillamment démontré que les deux qualificatifs pouvaient être aisément compatibles.

Ambiance chic mais détendue, prestations musicales, défilé de mode (avec l’accessoiriste SAMARA et le styliste JAM), dîner, intermèdes jeux du sponsor: la soirée fut une réussite!
Nous avons même eu droit à une improvisation piano-voix du journaliste-blogueur Israël Guebo et à une interprétation audacieuse de « sous le vent, avec la très populaire Nnenna Nwakanma dans le rôle de Céline! Fallait y être pour l’entendre!!!

Minuit était passé mais nos carrosses n’avaient pas encore pris leurs apparences de citrouilles…  Les pas de danses se faisaient plus techniques (Édith Brou et Fleure N’Doua peuvent l’attester), les rires plus joyeux et les conversations de plus en plus bon enfant…Pourtant il fallut se résoudre à partir…

Cette Fashion Geek a particulièrement été pour moi l’occasion de mettre un visage sur les noms de certains amis jusque là virtuels.

Malgré un léger bémol (Macmady, la Reine des Nappys de Babi, me comprendra) je quittai les lieux très satisfaite de l’organisation générale.

Merci encore à Diaby Mohamed et mention spéciale à tous les acteurs dans l’ombre (@KadijaDoumbia, @Marck_Andyy les autres) et à Olivier Depekine, super animateur d’un soir.

Fashion Geek 2? Des chances que j’y participe.

image

Puisqu’on est vieux et con…

Hier 03 février 2014. Moi assise dans la salle d’attente d’une agence de téléphonie mobile. Il est 14h15.  Je patiente depuis environ une heure,  pour une opération qui ne prendra pas plus de 5 minutes… Ticket n°650.
A mon arrivée,  il y avait 23 personnes avant moi.  Maintenant,  il n’en reste plus que 9! Bientôt la fin du calvaire…

Soudain,  un homme, la cinquantaine avancée, un téléphone fixe à la main, se dirige vers le bureau du mec du service après-vente en l’informant que le réglage effectué la veille sur son appareil n’a pas résolu son problème. L’agent du SAV demande à l’homme de patienter.
Par politesse,  le jeune homme assis à côté de moi propose de lui céder sa place.

C’est alors que l’homme, pestant à mon endroit et montrant du doigt le téléphone portable que je tiens en main, m’ordonne de le ranger à cause de sa santé.

Moi: – euh vous ne trouvez pas que le lieu est mal choisi pour me demander ça?? Le mieux serait peut-être d’attendre à l’extérieur,  le temps qu’on vous appelle…
Lui: – je dis ‘faut ranger ton téléphone là hein! Je ne veux pas de portable à côté de moi pour ma santé!!!

Un peu agacée,  je glisse mon téléphone dans mon sac. Mais l’homme continue de me parler de sa santé et de mon portable qui le dérange.

Je ne sais pas combien de noms d’oiseaux me passent par la tête… Totalement gavée de l’écouter divaguer,  je lui demande avec ironie:
– Peut-être voulez-vous que je mette mon téléphone à la poubelle???

L’homme le prend mal et j’ai droit à ma p’tite malédiction du jour:
– Je suis un vieux hein!!! Pourquoi tu te permets de me parler comme ça??? Chacun à son tour ooh,  tu vas voir ce qui va t’arriver quand tu seras comme moi…

Finalement,  mon tour arrive… En 2 minutes chrono mon cas est réglé. Je laisse le vieux grincheux, qui a pris la place d’un client venu bien avant lui, à son histoire de téléphone fixe…

Depuis hier,  Saez ne quitte pas mon esprit et m’oblige à fredonner:

Puisqu’on est jeune et con
Puisqu’ils sont vieux et fous
Puisque les hommes crèvent sous les ponts
Et ce monde s’en fout
Puisqu’on est que des pions
Contents d’être à genoux
Puisque je sais qu’un jour nous gagnerons à devenir fous
Devenir fous, devenir fous…

J’ai plutôt envie de dire: puisqu’on est vieux et con…

image

PS: Chapeau bas au service après-vente de MTN Côte d’ivoire,  Abidjan siège plateau.  Toujours pros et efficaces.

Qu’on finisse tous en chair à saucisse!!!

MARRE!!!
Ce soir c’est le seul mot que j’ai envie de crier!!!!
Marre de l’inconscience collective!
Marre de nos imprudences par orgueil!
Marre des embouteillages causés par notre stupidité!
Marre des soupirs hypocrites!
Marre des mêmes bêtises que nous répétons sans nous lasser! Encore et encore…
MARRE!!!!!

Nous sommes le mercredi 22 janvier 2014, 3ème jour de cette semaine.
Depuis lundi, j’ai eu le « privilège » de subir 1 accident de la circulation par jour, ce qui m’a valu deux fois du retard au boulot!
MARRE!!!!!

On aura beau faire des campagnes sur la sécurité routière, qu’on dirait que peu d’ivoiriens se sentent concernés…
Je revois la bonne dame d’hier me lancer un méchant « va là bas!!! » alors que sans présélection, elle décida de faire un dépassement m’obligeant à brusquement changer de voie! Hum… La routine à Abidjan!
MARRE!!!!

Excès de vitesse…MARRE!
Piétons qui passent au feu vert…MARRE!
Nids de poules et cratères…MARRE!
Poids lourds ne respectant pas leurs horaires de circulation…MARRE!
Main gauche et pouce levé pour dire pardon après une connerie qui aurait pu causer le pire… MARRE!
Ponts piétons ne servant à que dalle…MARRE!
Chauffeurs de taxi et gbaka qui utilisent leurs couilles à la place de leurs cerveaux…MARRE!
Enfants sans surveillance qui déboulent de nulle part sur la chaussée…MARRE!
Policiers de la circulation débordés par le désordre généralisé aux heures de pointes…MARRE!
Feux tricolores fonctionnant 1 fois sur 10 (je suis gentille)…MARRE! MARRE! MARRE!

La liste n’est malheureusement pas exhaustive…

Or les mêmes causes produisent les mêmes effets. Chaque jour, le danger nous guette, nous les champions en queues de poissons, nous qui voulons en permanence tester les 1000 chevaux de nos voitures… Nous qui devenons tous penauds quand le drame survient. Eh oui nous! Car bien souvent ce sont les innocents qui paient le lourd tribu de nos gaffes! Et les coupables ne sont pas toujours ceux qu’on croit!
Un piéton, par exemple, qui ne respecte pas les règles sécuritaires et qui se fait faucher par un véhicule est le seul fautif dans l’histoire, qu’il survive à l’accident ou qu’il périsse! Les pleurs des passants et de sa famille ne changeront rien à sa culpabilité!
MARRE MARRE MARRE!!!

QU’ON FINISSE TOUS EN CHAIR À SAUCISSE ET QU’ON NE S’EN OFFUSQUE PLUS!!!

image

J’ai hésité avant d’inserer cette photo prise hier 21 janvier à 7h53 au niveau du quartier précaire « Boribana* », située dans la commune d’Attécoubé. Ensuite j’ai pensé aux nombreuses photos de poumons cancéreux que les ministères de la santé du monde diffusent pour sensibiliser, mais qui n’empêchent pas le tabagisme d’avoir longue vie… Même pas peur!

Boribana était tout trouvé pour ce corps inerte, recouvert de plastique noir, le cerveau en pâté sur le goudron. Sa course s’est vraiment achevée là!
À qui la faute???
Même pas envie de savoir!
MARRE je vous dis!

NB: Dans la langue Malinké, boribana veut dire « la course est terminée ».

La vieille valise…

Bien sûr qu’elle avait fière allure lors de nos premières étreintes.
De son cuir authentique, de sa teinte chocolat, je m’étais entichée, à la vie, à mes rêves!

Pourtant, cela faisait belle lurette que nous n’avions pas eu de tête à tête.
Mais de près ou de loin, je lui ai toujours su être fidèle…La vieille valise!

La Vieille valise Famchocolat 1pgDans son sein, des trésors de lectures m’ont invitée à découvrir des mondes nouveaux.
Rapports fusionnels avec les mots, pacte avec l’imaginaire…

Jamais je ne l’avais vu porter des habits. Sur le sujet il semblait qu’elle eût pris son parti.
Elle se nourrissait de pages et d’images, préférant ainsi avoir sa propre ligne…La vieille valise!

Bien sûr qu’au fil du temps, elle a subi maints va-et-vient, trimbalée d’armoires en placards en gardant toujours sa dignité.
Mais jamais, Ô grand jamais elle ne souffrit de solitude, solitaire volontaire, les livres sa raison d’exister.

Aujourd’hui, j’ai pris de ses nouvelles, et à mon grand plaisir j’ai pu constater que de vieille elle n’avait que la carapace.
Elle a vite fait de me projeter dans les souvenirs de ma jeunesse, du temps où je lisais « Sisyphe » sans vraiment tout comprendre du mythe; où je plaignais le « Jeune Werther » sans savoir que des souffrances, la vie m’en ferait supporter; où après que l’autre l’ait écrit, moi j’hésitais à lire « Paludes »…

La vieille valise et moi, enfance et adolescence, éveil avant tout.

J’ai souri intérieurement, lorsque de la bouche de ma mère j’appris qu’au commencement elle porta mes premiers vêtements, valise vieille du jour de ma naissance…mon trousseau y était et je comprends enfin pourquoi.
Nous y avions liés nos destins, même si je parais désormais 10 fois plus jeune qu’elle…MA VIEILLE VALISE.

image

Bonne Fin d’Année Assaisonnée!!!

Il était une fois une histoire étrangement semblable à celle de l’énigme de la poule et de l’oeuf…

C’est l’histoire des ivoiriens et des cubes d’assaisonnement….

Le rapport, me demanderiez-vous?? Je répondrais simplement qu’il se trouve dans le questionnement!

Philosophie culinaire? Non. Nécessité de faire mijoter nos cerveaux à feu doux…

Voilà. Quel ivoirien n’a jamais entendu dire que les cubes d’assaisonnement étaient néfastes pour la santé?
Qui n’a jamais, au moins une fois, été abasourdi d’entendre « de source sûre » que les employés des différents fabricants de ces cubes ne les consommaient eux-mêmes pas??

Beaucoup d’ivoiriens sont unanimes sur le fait que trop de cubes Maggi (ou Jumbo etc…) peut occasionner des problèmes de tension artérielle ou des insuffisances rénales…

Je me suis souvent demandé: « Qui a été le premier à réduire un cube Maggi en poudre, pour le répandre sur son plat d’attiéké et réaliser que c’était doux???? »

La question peut faire sourire. Pourtant en y trouvant réponse, nous saurions qui a été le 1er coupable de cette mauvaise utilisation des cubes d’assaisonnement…

Chers ivoiriens, têtus et indisciplinés de naissance, Nestlé et les autres fabricants ne perdront jamais un procès si un jour vous vous retournez contre eux en invoquant les effets néfastes de leurs cubes sur votre santé!
Encore vous aurait-il fallut utiliser ces produits comme il était recommandé. Or il n’y a qu’à lire sur chaque cube pour savoir que ceux-ci sont à ajouter pendant la cuisson (« Add to cooking »)… Un peu comme un médicament effervescent qu’il serait déconseillé d’avaler d’une traite avec un verre d’eau!

CONCLUSION: comme chacun fait ce qu’il veut, que ceux qui aiment assaisonner leurs garbas et autres plats d’attiéké (semoule de manioc) avec les cubes d’assaisonnement continuent de le faire…mais en cas de gbangban (problème) inutile de faire du bruit dans le pays! Vous l’aurez bien cherché…

BONNE FIN D’ANNÉE À TOUS!

image

Cette démotivation qui nous handicape

Ce matin à la piscine.

Je n’ai aucune volonté et me sens comme une tonne de plomb dans cette eau.
À côté de moi, une femme ultra motivée qui enchaîne aller-retour sans souffler plus d’une minute à chaque arrivée.
Intérieurement, je me dis: – Bah c’est pas une course! A chacun son rythme…

image

Je flemmarde plus que je ne nage, lorsqu’arrive un homme paralysé, se déplaçant en fauteuil roulant.
À peine est-il porté dans l’eau, que je le vois avancer aussi aisément qu’un poisson. Il va et vient sans faire de longues pauses.
Là, j’ai une sacrée claque!!! Je me dis que de nous deux, le bien portant c’est sans conteste lui! J’ai super honte…

Ma minable séance terminée, je pars à ma voiture. C’est alors que je croise la femme de la piscine arrêtée, à se demander avec quel moyen de transport rentrer chez elle. Je propose de la déposer quelque part qui pourrait l’arranger.
C’est là que je m’aperçois qu’elle a un handicap, au niveau des deux pieds, qui rend pénible sa marche… Pourtant elle avance comme si de rien n’était! Aucune difficulté apparente ne se lit sur son visage.
Ma 2ème claque de la Journée!

Durant le trajet, je n’ose pas lui demander les raisons de son handicap… À quoi bon? Aujourd’hui, la seule vraie handicapée c’est MOI!

Enseignement du jour:
– L’endurance fait la différence.
– Le handicap est plus mental que physique.
– Il faut savoir ignorer les difficultés pour avancer.
– Il faut apprendre à s’adapter aux fardeaux de la vie.
– La démotivation est un frein au progrès personnel.

Une bonne fois pour toute, je retiens cette leçon et vous conseille d’en faire autant.

Alun, cet ami qui nous veut du bien

Un jour je me suis surprise à donner des cours sur mon ami Alun à de parfaits inconnus. La situation était critique et il était de mon devoir d’agir!

Ce jour là, vers 6h30 du matin, j’avais pris des étudiants en auto-stop, car le bus qu’ils avaient emprunté était tombé en panne.
À peine qu’ils étaient montés (une fille et trois garçons) que je regrettais déjà ma bonne action! L’ODEUR!!!!
Je n’arrivais pas à comprendre comment à pareille heure ces étudiants, au style dit « choco » (IN), pouvaient dégager de telles odeurs corporelles…
Mon nez incommodé ne savait comment respirer, malgré le fait que j’aie pris soin de baisser les vitres.
Connaissant ma franchise, j’étais tiraillée entre l’idée de leur dire mes vérités quitte à les vexer, et celle « d’attraper mon coeur » jusqu’à destination finale…

Au moment de débarquer le premier étudiant, l’envie fût plus forte que moi. Tant pis que ça les embarrasse, je me devais de sauver des vies (pour ne pas dire d’autres nez).
Devant l’auditoire hagard, je parlai des bienfaits d’Alun, et leur recommandai fortement d’en faire leur meilleur ami.
Je ne sais pas s’ils ont suivi mon conseil, mais je suis soulagée de ne pas les avoir laissés dans l’ignorance…

Mais qui est Alun?

Alun est un minéral De couleur blanche composé de sulfure et de potasse! Il est aussi connu sous les noms de « pierre blanche » ou Alam ». Assez répandu sur nos marchés, Alun est le DÉODORANT le plus naturel et le plus économique que je connaisse (les 500 g coûtent environ 200 F CFA). Il tient plus de 24h, c’est la raison pour laquelle il est de plus en plus utilisé dans les produits cosmétiques et que les pubs vantent souvent ses vertus.

Passée sous l’eau, puis appliquée sous les aisselles, cette pierre fait office de roll-on idéal. Elle peut également être utilisée par les hommes pour atténuer le feu du rasoir.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, beaucoup de gens chez nous connaissent Alun, sans savoir ses propriétés anti-odeur. Il faut dire que la pierre blanche est une star chez les femmes qui veulent se redonner une pseudo virginité… Mais je ne veux pas m’attarder sur ce détail. D’ailleurs je déconseille cette pratique dangereuse pour la santé!!!

Pour en revenir à nos moutons, je vous suggère de faire comme moi et d’adopter Alun.

N’hésitez pas à le recommander à l’ami, au voisin de bureau ou quiconque dans votre entourage qui en a besoin, et qui j’en suis sûre vous remerciera un jour d’avoir sauvé le nez de gens par milliers.

VIVE ALUN, UN AMI QUI VOUS VEUT VRAIMENT DU BIEN!

image