IL FAUT SAUVER NOS ÉLÉPHANTEAUX DES MATHS!

En Côte d’ivoire, il y a deux moyens infaillibles pour obtenir de l’argent rapidement:

  1. Les loisirs (fêtes, concours de beauté, danse, musique, festivals de nourritures etc…
  2. La religion (et ces dangereuses offrandes!!)

En matière de loisir ou de religion, l’argent comme par miracle provient de partout, même quand on n’en a pas besoin (quoique…). Tous les ministères, entreprises en vue, hommes et femmes riches et même pauvres, sont alors prêts, les uns à mieux se faire voir aux yeux de la populace, les autres plutôt à ceux du Très-Haut! Il y a certains cultes où, malgré la pauvreté des fidèles, le pasteur peut s’en sortir avec des millions de FCFA comme quête! Le salut est-il payant??

Mais lorsqu’il s’agit d’investir dans des domaines, moins médiatisés, mais assez sérieux plus personne ne réagit! Le miracle n’a souvent pas lieu. Bien dommage…

Depuis plusieurs jours, j’entendais parler des « Éléphants mathématiciens » sans prêter grande attention. A ma décharge je n’ai jamais aimé les maths (à moins que ce ne soit le contraire). J’ignorais donc que leur cas était aussi grave!

Et voilà que je tombe sur l’article « SOS pour les Éléphants Mathématiciens » pour constater l’ampleur du problème.

En effet, 4 jeunes ivoiriens de moins de 20 ans et leurs 2 encadreurs doivent participer aux Olympiades panafricaines de Mathématiques qui se dérouleront du 22 juin au 02 juillet 2013 à abuja au Nigeria. Malheureusement pour eux, leur voyage est compromis du fait que l’argent fasse défaut!

Comment en sont-ils arrivés à cette situation inconfortable? Je n’en sais rien! Pas de détails, pas d’accusations…

Face au silence de « ceux qui peuvent donner, mais qui ne le feront pas », la webosphère se mobilise en ce moment à travers un appel au don:

Faites parler votre cœur en faisant une promesse ferme à cette adresse  https://docs.google.com/forms/d/1LbYUkBMP3yn4b5u794_DQJcO10-dvSwSUronqrNZD-0/viewform?pli=1

Comme on dit au djassa*: « même 5 Francs c’est l’argent! »

Pour toutes informations complémentaires, merci de contacter M. Camara Boubacar de L’Institut de Recherche et de Mathématiques Appliquées de Côte D’ivoire (IRMA) au 05 44 54 21.

BONNE CHANCE A NOS ÉLÉPHANTEAUX DES MATHS!

*Djassa: marché noir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *