Un sourire ne coûte rien… 

Un sourire ne coûte rien, mais il peut apporter beaucoup…
Le premier à avoir sorti cette phrase ne croyait pas si bien dire !
Le sourire est une arme pour contourner de nombreux obstacles ; un remède efficace contre divers maux émotionnels.
En un sourire, notre monde intérieur peut se trouver repeuplé.

Je m’amuse souvent à sourire aux inconnus dans la rue. Et que j’aie ou non la même chose en retour, ces quelques secondes de partage illuminent ma journée.

Un sourire ne coûte rien, mais il peut apporter beaucoup…
Le premier à avoir sorti cette phrase ne vivait pas à Abidjan où ce sourire gratuit peut apporter beaucoup de problèmes !!!

Chez nous, le sourire est souvent perçu comme un gage d’extrême gentillesse (combien de méchants ont le temps de sourire ???). Par ricochet, il donne l’impression d’un  trop-plein de joie chez la personne qui le communique.
Or ici, qui dit bonheur, dit suffisance financière, parce que vrai de vrai dans notre pays presqu’émergent c’est lahen qui fait tout ! 

Les petits namas censés surveiller votre tacot, les vigiles dans la rue, les vigiles au boulot, la femme qui fait les transferts de crédits téléphoniques, le gars qui fait les transferts de crédits téléphoniques, la jeune vendeuse de bricoles qui vous aime bien, le vieux de l’église qui vous prend pour son enfant, les gens du village qui pensent que vous avez plus réussi qu’eux, le personnel chargé de l’entretien des bureaux, les vieux camarades de classes qui n’ont pas eu la chance de poursuivre leurs études, l’inconnu/e à l’église qui joue sur le sentiment religieux, le commerçant que vous saluez tous les matins, et les autres : TOUTE CETTE POPULATION EN VEUT À VOTRE SOURIRE !!!

Si vous ne comprenez toujours pas, c’est que vous ne vivez pas ici…

– Tantie mes jumelles sont malades, je n’ai pas l’argent pour les soigner. Pardon donne-moi ce que tu peux/veux pour m’aider.

– Hé ma maman, y a longtemps que je n’ai pas bouffé ton argent hein !

– Ma soeur aide-moi on a volé la recette de ma cabine. J’ai besoin d’un prêt.

– S’il te plaît, peux-tu m’aider à faire une cabine ? Je ne travaille pas, mes parents sont au village.

– Mon commerce ne marche plus. Les gens prennent mes articles à crédit sans payer. Je n’ai pas l’argent pour payer mon loyer. Pardon tu es mon seul recours. Que Dieu te bénisse.

– La maman choco aujourd’hui là c’est toi qui va payer mon transport hein.

– Excuse-moi est-ce que je peux t’exposer mon problème ?

– Ma fille, ça ne va pas. Fais un transfert à ton vieux père.

– Ah la vieille mère c’est chaud sur moi. Faut faire quelque chose.

– Ma chérie on dit quoi ? Je t’invite quand ?

(…)

Tout ceci parce que par politesse, chaque jour que Dieu fait, vous faites une distribution gratuite de « Bonjour », « Bonsoir », « Bonne journée », « Bonne soirée » avec un sourire d’une innocence coupable.

Sourire à Abidjan est un vrai piège !

Alors, un conseil pour survivre dans cette jungle et faire un peu d’économie : toujours rester poli avec son prochain, garder une apparence neutre tout en souriant de l’intérieur… 

Un sourire ne coûte rien, mais il peut apporter beaucoup en bien ou en moins bien: Ça dépend des personnes à qui vous le donnez ! 

Le chant du cygne d’Yrouflê

En 2013, je constatais avec désolation que le théâtre de mon enfance avait perdu de sa superbe depuis de longues décennies.(cf IL FAUT RESSUSCITER LE THÉÂTRE IVOIRIEN)

Il y a quelques jours, j’ai entendu parler d’Entr’Actes, une programmation théatrâle, fruit d’une collaboration entre le CRESAS, la plateforme culturelle Abatta, la Fabrique Culturelle et le Goethe institut de Côte d’ivoire, qui a pour objectif de faire revivre cet art tombé en désuétude dans notre cher pays.

Yroflê Ticket050316

C’est avec l’excitation d’une gamine que j’ai débarqué au Goethe Institut le vendredi 04 mars 2016.
La raison de ma présence: Le chant du cygne d’Anton Tchekhov joué par la Compagnie Yrouflê dans le cadre d’Entr’Actes.

Pour des raisons techniques, le spectacle a démarré avec 1 heure de retard.
Pas de quoi couper l’ardeur des nombreuses personnes venues soutenir la troupe.

Résumé: Après une représentation, le vieux Vassili s’assoupit dans sa loge après avoir copieusement arrosé son jubilé. A son réveil, un vent glacial balaie sa loge puis une seule silhouette surgit de la nuit, celle de son souffleur Nikita qui y dormait car n’ayant nulle part où aller. Il se confesse à elle et fait le bilan de sa vie de bouffon teinté par le cabotinage.

Mon avis :
La première partie du spectacle m’a profondément touchée et totalement retournée!
Sans mot aucun, rien qu’avec des gestes et une bouteille de vin comme compagne, Vassili Vassilievitch, l’ex gloire de 68 ans, nous a embarqués dans sa loge pour mieux nous faire ressentir sa déchéance au fils du temps.
En un instant, mon âme perdit sa lumière, le froid m’envahit et l’éclairage de la scène aidant, je me retrouvai dans la cave de ce Chaplin sans burlesque.
J’ai été moins enthousiasmée par la suite parlée de la représentation.
Peut-être parce que j’avais en face de moi des personnages dont je sentais qu’ils pouvaient aller plus loin que le contexte d’origine. Je m’attendais à une réadaptation de l’histoire, une grande audace qui aurait fait sourire Tchekhov de là où il se trouve.
Certes le vieillard NIkita s’était mué en une belle jeune dame pour l’occasion, mais ce n’était pas assez.

Vassili Sassilievitch et Nikita Ivanovitch

Vassili Vassilievitch et Nikita Ivanovitch

Malgré mon point de vue mitigé, j’ai été époustouflée par la performance de De Certain KOUASSI et enchantée par la participation de Pauline DESCHRYVER. Les deux nous ont servi un ballet yin et yang équilibrant ainsi le tableau qui s’offrait à nous.

Ma petite suggestion:
Tchekhov ayant écrit cette pièce en une heure et cinq minutes, ce serait intéressant de la jouer en 65 minutes chrono au lieu des 50 actuelles. Certains petits détails valent leur pesant de cacahuètes…

Équipe « Le chant du cygne » d’Irouflê:
Mise en scène et scénographie: Moïse-Mary Koffi
Acteurs: De Certain Kouassi et Pauline Deschryver
Maquillage: Touti Création
Musique: Zéphirin Nomel et Francis Agama (Absents ce vendredi)
Décorateur: Renato Guehi
Son: Nunshack (Talentueux producteur) et J.C.

Merci à tous pour ce moment de pur plaisir.
J’ai hâte de vous revoir…
Vive le théâtre!

Moïse-Mary KOFFI, De Certain KOUASSI, Pauline ESCHRYVER

Moïse-Mary KOFFI, De Certain KOUASSI, Pauline ESCHRYVER

Contacts Yrouflê SARL: 59 67 19 74 / 59 79 89 58

Pensé et puis sciencé, ça fait 2

Vendredi 27 novembre 2015, 20h. Popodipo à la Fabrique Culturelle pour écouter ce que L’étudiant et Kapegik, deux membres du Collectif « Au nom du slam«  ont a gbahé.

Nous ne sommes pas nombreux, mais cela importe peu. Là où deux ou trois sont réunis pour jongler avec les mots, les gars du ghetto sont dispo pour faire leur réalité-show.

20h30. Décor planté. Thème du jour : « Pensé et puis sciencé, ça fait 2 ».

NB: si vous êtes bleus en nouchi, attrapez vos keurs deh. Je ne ferai pas de traduction, mais avec un peu d’attention vous finirez par décrypter.

PenserSciencer

Les mecs ne sont pas passés par quatre chemins pour dépeindre les réalités du Ghetto. Leurs sacs étaient gbé de mots. Haut-parleur dans la gorge, ils n’ont pas hésité à sonner l’alarme sur ce qui ne va pas dans notre société.

Ils nous ont fait comprendre la différence entre cherchement et grouillement, nous ont expliqué comment John Pololo est devenu collègue de Victor Hugo. Pololo philosophe du djassa, parce que la rue fait plus sciencer que les discours de Socrate.

Dans le Ghetto, c’est pas la vie de choco. Les uns petit-déjeunent aux gboflotos pendant que les autres savourent leurs croissants chauds. Tout est dur dans le Ghetto. La misère est au kohi. Le taux de chômage est élevé. L’horizon semble s’obscurcir de jours en jours. Les gars piqués n’ont pas luck avec les gos. Tout le monde sait qu’à Babi quand tu n’as pas lahen tu rivalises en transparence avec les vitres! Ghettoman yako!

On dit que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt,
Donc nous là on veille mais la galère impose son veto!
On voulait réussir, avoir l’argent comme les Popito,
Mais au Ghetto on est plus bailly que Spinto!!
Dans le Ghetto, le championnat est trop serré donc tout le monde joue en défense. A défaut de marquer, faut pas encaisser…

Mais n’y a pas que la misère dans le Ghetto. Il y a la communauté renforcée, il y a la solidarité imposée, et malgré la foi en constante épreuve, il y a l’espoir…

Molo molo, on cotise nos moros moros
Inch’Allah un jour tchoco tchoco
On n’va plus s’habiller chez toclo toclo
C’est vrai on est venu au monde codjo codjo
Mais on doit retourner choco choco
C’est pourquoi on pleure pas, on boro boro
Tous les jours pour avoir nos togos togos

Spectacle "Pensé et puis sciencé ça fait 2", 271115 Fabrique Culturelle

Pour tout vous dire, J’AI ADORÉ CE SPECTACLE! Si je devais donner une note, ce serait un 19/20 sans hésitation. J’ai aimé l’intelligence avec laquelle les gars ont manié les mots, la justesse de leurs propos, le fait d’assumer les faiblesses du Ghetto tout en incitant au courage pour s’en sortir. En définitive « pensé et sciencé ça fait vraiment 2 ». On pense en paix, mais on science avec tous les problèmes de la terre dans la tête dans la quête de solutions, de ce bonheur qui trop souvent joue des tours. Mais il faut rester déterminé, ne pas se greffer à la fatalité, pousser les bons pions dans ce grand jeu d’échecs. A force de bara, un beau matin à la porte frappera la baraka!

Albert c’est chaud ya pas tchokoya

A lheur là c’est propoli c’est plus chocoya
A lheur là c’est aclissigui c’est plus kôrôya
A lheur là c’est minds bori c’est plus grokêya

 

Merci à toutes les personnes qui ont contribué à ma joie ce jour là:

  • L’étudiant, excellent poète du Ghetto,
  • Kapegik, avec son nouci-slam qui glisse comme l’eau sur la peau,
  • Noucyboss qui a bien tenu la cabine,
  • Le rossignol en dreadlocks,
  • L’inégalable Philo qui m’a pliée de rire avec l’histoire de son Tonton Totor,
  • La déesse Amina Mèliane Bamba éveileuse de conscience,
  • Chantal Djédjé, aimable proprio de la Fabrique Culturelle,
  • Le serveur toujours poli…

Pour poursuivre la science slamique sous un autre registre, je vous invite à assister à l’hommage qui sera rendu par le Collectif « Au nom du Slam » à l’écrivain Bernard Dadié, le 4 décembre 2015 à 19h au Goethe Institut. Entrée Libre!

Hommage Bernard Dadié Collectif au nom du slam

1,2,3 BRUTAL!

Il fallait oser. Eux l’ont fait! Rassembler des centaines de personnes autour d’un recueil de poèmes ici à Abidjan!!! Il faut être ivoirien ou vivre dans notre pays pour comprendre l’exploit. Nous étions le 15 août 2015, jour de la première dédicace. Deux autres ont suivi et également rencontré un franc succès… 1, 2, 3 Brutal!

La recette d’Eugenio, Guy, Laskazas, NoOne, P.A. et Stéphane, pour obtenir l’adhésion du plus grand nombre?

Utiliser leurs plumes talentueuses pour rendre la poésie tant accessible que profonde. Sortir des sentiers trop hermétiques, chers à certains poètes, tout en donnant de la consistance à chacun de leurs mots.

La bande Des Mots Des Images a trouvé la formule magique pour emballer le lecteur, en l’entraînant à leur guise du poème heureux au thème le plus douloureux. Loin de servir de la guimauve, au fil des pages, les 6 DMDI nous sourient, nous choquent, nous secouent, parlent à nos coeurs, nous attirent les larmes, nous font passer par toutes les émotions et en définitive ne nous laissent jamais indifferents…

Le guide est mort, comme un chien

Broyé par les rats et leurs suppôts

Sur qui il crachait sa rage, tantôt

S’il ne plantait sa tente dans leurs jardins… (p.32)

Passer un moment à lire ce recueil de poèmes revient à faire un tour en montagnes russes. La puissance de l’attraction, on la ressent à chaque poème. Lorsqu’un texte semble ralentir la cadence, très vite les secousses prennent le relais à travers des mots plus virulents. Le lecteur est ébahi, complètement sonné! L’exquise de la page 78 lui a même tendu son mouchoir… Pourtant en fin de parcours, le temps de reprendre son souffle qu’il en redemande!

Brutal OUI, mais tellement booonnn!

Brutal, Des mots des images

Commander Brutal ICI ( pour la Côte d’Ivoire) ou chez Edilivre (pour la France).

 

« Dieu est quitter en Afrique »

Gbaka d'Abidjan

Parole de Gbakaman!

Avec la multitude d’événements malheureux qui ne cessent de secouer le Continent, le proprio de ce gbaka* a tiré sa conclusion : « Dieu est quitter en Afrique! », non pas pour dire qu’il soit originaire d’Afrique, mais plutôt pour affirmer que Dieu a bel et bien beou* de nos terres!

Espérons toutefois que le Très-Haut science* un peu sur notre cas et revienne au moins réparer les petites erreurs liées à nos participes passés… Dans tous les cas le retard n’a jamais empêché le bonheur. En Afrique nous sommes patients!

Vocabulaire

Gbaka : mini car

Beou (verbe nouchi) : Fuir, Partir, Quitter…

Sciencer (verbe nouchi) : Réfléchir

Les chaînes alimentaires africaines

Manger et être mangé à son tour, tel était le slogan que nous clamions à l’école primaire lorsque maîtres et maîtresses nous demandaient : qu’est-ce que la chaîne alimentaire?

A l’appui d’un schéma, qui représentait une suite d’animaux donnant l’impression de faire une ronde joyeuse autour d’un monde dans lequel les plus faibles se faisaient bouffer par les coriaces carnivores, nos enseignants nous expliquaient que pour une question d’équilibre de l’écosystème tous les êtres vivants ne pouvaient pas se permettre d’être uniquement végétaliens ou bactériophiles. Sorry Brigitte Bardot; ce n’est juste qu’une loi naturelle qui fait que dans le prolongement nous humains sommes obligés de bouffer du lion pour survivre…

Dans ma chère Afrique, nous appliquons à merveille le principe des chaînes alimentaires. Mais nos chaînes ont généralement pour but de déséquilibrer le système en place, peu important qu’il soit favorable au peuple ou totalement défaillant. Nous avons constamment faim et soif de pouvoir, ce qui fait que nous sommes souvent prêts au pire pour arriver à nos fins. Hélas, rares sont les fois où les populations en profitent. Chez nous on bâillonne, on enchaîne dans le but de se goinfrer par petits noyaux pendant que les peuples payent les pots cassés! Coups d’états, rébellions, prises d’otages, enlèvements, assassinats, dictatures de genres nouveaux etc. Quand les plus forts fabriquent des vulgaires anneaux non pas pour resserrer les liens de solidarité entre les hommes, mais plutôt pour étouffer les faibles (en armes surtout) et réduire totalement leur liberté. Tant que les voraces bouffent pépères, tout roule pour l’Afrique! Ressources naturelles, caisses d’états, serrons les chaînes des uns jusqu’à sang et délectons-nous du breuvage!

Tout ceci me fait penser à l’affiche publicitaire sur le dernier festival des grillades d’Abidjan, que personnellement j’ai trouvé de mauvais goût… Un Roi Poulet sans tête tient fièrement une broche au bout duquel se trouve un gros morceau de poisson. En face du Roi, une fourchette qui semble l’indexer pour lui faire comprendre que malgré sa fausse allure altière et son épée, il passera bien vite à la casserole!

A Abidjan le poulet est Roi!

A Abidjan le poulet est Roi!

Le sort finit toujours par s’abattre sur les chers cacous africains en armes, rapaces de grands chemins, peu enclins aux échanges d’idées pour réparer le vieux berceau et encore moins préoccupés par la stabilité générale…

La loi du plus fort est toujours la meilleure disait la fable. Mais qu’advient-il quand le plus fort se trouve être le plus con?

God Save Africa!

Je suis Abidjanais, roi de l’insalubrité…

Je suis le campagnard que l’exode a projeté en ville. Ma case était toujours bien entretenue et mon village distillait de l’air sain. Les citadins m’ont appris d’autres codes. Ma poubelle sera à ciel ouvert.

Je suis le big boss d’une entreprise de la place.
Bien placé pour donner des ordres, mais dehors c’est moi qui fait désordre. Quand le besoin devient pressant, n’importe où dans la ville,  j’improvise un urinoir.

Je suis la go choco d’abobo ou des deux plateaux. Je suis toujours bien mise. Deux mois que j’ai des indiennes sur la tête, sans aucun shampooing pour les rafraîchir. Mon entourage a conclu que j’ai un problème d’odorat. Ça pue mais je ne sens rien.

Je suis l’honnête citoyen qui jette papier, mouchoirs, sachets d’eau et cannettes vides à travers les vitres de ma jolie voiture que je ne veux pas salir. Il y a bien des gens pour rattraper mes projectiles. A chacun de jouer son rôle!

Je suis la ménagère, qui faute de ramassages réguliers, abandonnent ses ordures à n’importe quel coin de rue ou les déverse dans le caniveau le plus proche. Mes enfants sont souvent malades, parce que les moustiques ici font bien leur travail.

Je suis la technicienne de surface engagée par la mairie. Chaque matin je participe à la comédie collective. Mon coup de balaie ne sert à rien d’autre qu’à justifier mon petit pain quotidien.

Je suis Abidjanais, roi de l’insalubrité.
Je pisse sur les murs et puis ça va pas quelque part. Les rues sont sales mais personne n’est responsable. Dans pays là c’est toujours comme ça! Hygiène là seulement ivoirien connaît pas!

image

Voyage « Debout-payé » avec Gauz

Il y a des aventures, tout comme des lectures dont on ne sort pas indemne.
Il y a le style de Gauz, ses mots qui saisissent et en imposent.
Il y a Ossiri, symbole d’une immigration africaine, autour de qui tournent les 172 pages d’orfèvrerie que constitue le roman « Debout-payé ».

Debout-payé, c’est l’histoire commune à beaucoup d’africains et particulièrement d’ivoiriens partis se chercher à Bengué (en France). C’est la solution de facilité offerte à ces noirs, en situation pas toujours régulière, pour joindre les deux bouts. C’est un hommage aux molosses invisibles qui tiennent avec stoïcisme leurs postes de vigiles dans les différents temples de la consommation.

Alors, que pourrait-il bien se passer dans la tête de ces Black Men In Black durant leurs heures de travail?
Avant Gauz, avouons-le, tout le monde s’en fichait! Mais grâce à lui, nous nous rendons honteusement compte qu’un vigile peut en avoir dans le ciboulot. La claque! Une fois encore, la carapace ne détermine pas l’intérieur… On le sait pourtant, mais on l’oublie souvent.

Avec la virtuosité d’un chef d’orchestre philharmonique, Gauz nous dépeint ici la riche vie intérieure d’un vigile (futé) alimentée par ce monde extérieur qu’il est chaque jour obligé d’épier pour survivre…

Chacun se retrouve en lisant « Debout-payé ». On sourit de toutes les couleurs, au fil des douches froides, tièdes ou chaudes qu’on reçoit ligne après ligne.

La vie d’Ossiri, ses origines, son travail, les clients indifférents qu’il côtoie, ses amitiés, ses doutes, les autres africains dans leurs différences, la françafrique, les conséquences du 11 septembre… « Debout-payé » s’apparente à un assemblage de poupées russes…
On prend goût à la satire et on se surprend à découvrir et déguster avec avidité les mignardises que l’auteur s’est amusé à emboîter pour notre plus grand plaisir!

Parce que ce voyage littéraire vaut le coup, je vous recommande vivement ce premier roman de cet auteur que je considère comme l’un des meilleurs de son époque…

image

Extraits :

« Chacun remplit sa demande d’emploi avec plus ou moins de concentration. Nom, prénom, sexe, date et lieu de naissance, situation matrimoniale, numéro de sécurité social, etc. Ce sera l’épreuve intellectuelle la plus exigeante de la matinée. Quelques uns regardent quand même sur la copie du voisin. Héritage des bancs de classes ou manque d’assurance. »

« AMY WINEHOUSE. Une femme est le sosie confondant d’Amy Winehouse. Au point que le vigile se demande si au lieu de tester les parfums sur sa peau, elle ne va pas plutôt les ouvrir pour les boire. »

« VACHERIE. Certes, il existe des niveaux un peu plus exigeants dans les métiers de la sécurité. Et vigile est à la sécurité ce que 《La vache qui rit》est au fromage. »

image

Comme diraient les ivoiriens: Gauz là c’est pas l’homme, c’est génie!

« Debout-payé » de Gauz, édité par LE NOUVEL ATILA est disponible depuis le 28 août 2014.
17 € à Bengué.
13.900 FCFA à Babi.