La boule à zéro, la connaissance à flot?

Ce matin, en regardant le journal télévisé de 6h, sur une de nos chaînes nationales, je suis restée coi devant un reportage.
Le sujet portait sur une mesure prise dans un lycée de la commune de Koumassi, selon laquelle toutes les filles des classes de 6ème à la terminale doivent désormais avoir la tête rasée durant l’année scolaire.

La raison: la boule à zéro leur permettrait d’être plus concentrées en classe… Soit!

J’ai effectué une partie de mon cursus scolaire dans un lycée de bonnes soeurs où les « petites » (de la 6ème à la 3ème) devaient avoir le crâne rasé. Les « grandes » (de la 2nde à la Tle) par contre avaient le droit de garder le cheveu long. Toutefois, il nous était strictement interdit de faire des tissages ou autres coiffures extravagantes. La simplicité était de rigueur et tout le monde (à part quelques récalcitrantes) était content.
Les congés scolaires devenaient les périodes idéales pour les déviations capillaires, mais quand la rentrée arrivait, nous nous soumettions toutes aux règles du lycée…
image

Pour en revenir au reportage, ce que je déplore, c’est que dans notre pays les gens ont une fâcheuse tendance à prendre les problèmes de travers et du coup à en trouver solutions de la même manière.

Je revois l’éducateur de ce lycée de Koumassi dire en gros:  » ces filles là chaque semaine, quand elles changent de coiffures ça coûte 1500 F à 5000 F. Où elles trouvent l’argent pour faire ça?? »
Dans mes souvenirs, c’étaient mes parents qui depensaient pour la coiffure qui tenait au moins 2 semaines sur ma tête.
La boule à zéro, un nouveau moyen pour faire épargner les parents?
Je ne pense pas que ce soit cela que l’éducateur voulait insinuer. Son « où elles trouvent l’argent pour ça », laissait clairement entendre que les mistinguettes devaient sûrement recourir à des pratiques pas toujours catholiques, pour avoir leur argent de poche…
Les jeunes filles sont de plus en plus accusées de bien vilaines choses, et par dessus tout, d’amour du gain facile qui accélère le taux de prostitution en milieu scolaire.

En recevant le châtiment du « coco taillé », les désormais laiderons, devraient donc être excellentes en classe, sans avoir à aguicher leurs profs avec leurs coiffures affriolantes et négocier les notes en terrain privé…

Qui des profs qui abusent (ou usent) de ces filles et de ces élèves sont à blâmer??
Jamais entendu parlé de véritables sanctions à l’encontre de ces hommes qui profitent de leur statut pour faire des propositions indécentes à leurs élèves ou succomber à la tentation de leurs chairs fraîches.

C’est toujours la faute aux filles… Or le problème est ailleurs. Pour assainir le milieu scolaire, il faudrait raser plus profond, au delà de quelques poils sur la tête.

Tout en étant contre les coiffures bizarres pour aller à l’école (ouh là qu’est-ce qu’on peut voir dans nos rues!), je suis CONTRE l’obligation de raser le crâne, à quelque niveau scolaire que ce soit. Une boule à zéro ne changera jamais une dévergondée en sainte. D’ailleurs, qui a dit qu’on ne peut pas être ultra sexy sans cheveux?

Et si, au lieu d’interdire les cheveux longs, ces écoles en profitaient pour apprendre aux jeunes filles à être fières de leur identité africaine, en leur imposant des nattes simples, sans rajouts de mèches?
Jusqu’à preuve du contraire, la natte est encore à 25 FCFA. Donc, pour seulement 500 FCFA une jeune fille peut avoir la tête pleine et naturelle.
image

En fin de reportage, le journaliste a conclu par: « L’école, c’est le lieu où se construit le citoyen, le professionnel, le spécialiste de demain. »

Moi je crains fort pour ces futurs citoyens, professionnels et spécialistes…quand ceux d’aujourd’hui ont du mal à leur inculquer les vraies valeurs de la meilleure manière qui soit.

Pour l’instant, on nous promet que la boule à zéro est gage de connaissance à flot.

Si ces filles avaient été les descendantes du malheureux Samson, c’est sûr que d’intelligence et de pouvoir d’apprendre elles seraient désormais toutes dépourvues, le temps que leurs tignasses repoussent pendant les vacances…