Les temps changent, les amours aussi…

Nos parents aiment à raconter, avec les yeux qui brillent, qu’à leur temps, déclarer sa flamme à un jeune-homme ou une jeune fille, était un délicieux parcours du combattant.
C’était l’époque où les moyens de télécommunication n’avaient pas encore interféré dans les relations humaines…où posséder un téléphone fixe était un luxe pour les familles.
On s’attirait par les sourires et les regards timides, on se jaugeait discrètement lors des boums, on passait par de multiples intermédiaires pour accéder à l’être aimé…
Draguer au temps de nos parents était un jeu de patience… Un mouchoir brodé en cadeau apportait la plénitude au coeur de celui qui le recevait et un petit mot en retour pouvait faire attendre sa belle, pendant des semaines voire des mois, sans crainte d’un quelconque orage dans leur ciel…

Et puis nous sommes arrivés…. Les ordinaires téléphones fixes plantés dans les salons familiaux ne nous servaient pas à grand chose. L’exercice était trop ardu de se compter fleurette devant une assemblée de parents assis sereinement devant la télé.
Quand par malheur, un téméraire osait faire crépiter le téléphone chez une fille, en général, il pouvait s’attendre à 2 types de conversations:

Conversation 1 :
– Allô. Bonjour monsieur (ou madame) pourrais-je parler à Famchocolat?
– Vous êtes qui pour elle?
– Un camarade de classe….
– Elle est trop jeune, allez étudier au lieu de chercher les petites filles!! Tchrrroouu! (Fin du dialogue!)

Conversation 2 :
– Allô. Bonjour monsieur (ou madame) pourrais-je parler à Famchocolat?
– Vous êtes qui pour elle?
– Un camarade de classe….
(Famchocolat vient prendre le combiné):
S’ensuit une serie de: – Oui-Oui Non-Non Hum-Hum… Bref, trop drap (gênant) de parler devant les parents…

Ma génération à moi a zappé les mouchoirs brodés de leurs vieux, tout en gardant les intermédiaires et les petits mots… On s’écrivait en attendant fébrilement le verdict: râteau ou pelle????
Ainsi passa ma petite jeunesse…

Depuis mon temps, la génération pressée-pressée a pris la place, aidée dans sa croissance par les dites Nouvelles Technologies de L’information et  de la Communication.
Désormais, on se choisit sur catalogue, sur les sites de rencontres, sur les réseaux sociaux. On communique par téléphone portable, sms, webcam…. On rompt de la même manière.
On vit des amours kleenex: en couple le lundi, en situation compliquée le jeudi et célibataire le dimanche…juste le temps de refaire le schéma avec un autre compagnon de route la semaine d’après….

Quand j’observe les amours d’aujourd’hui, je me dis que nos parents ont eu vraiment de la chance…et je deviens nostalgique du temps où mon coeur était suspendu aux lettres parfumées des jeunes amoureux; poètes maladroits…

Les temps changent, les amours aussi…
Aux suivants!