UN CULTE PAS TRES CATHOLIQUE

Ce matin, j’ai été à la messe et, à vrai dire, je n’ai pas aimé l’analyse que le prêtre a fait de l’évangile de Saint Marc dont un extrait nous dit ceci:

Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent : « Maître, nous voudrions que tu exauces notre demande. »
Il leur dit : « Que voudriez-vous que je fasse pour vous ? »
Ils lui répondirent : « Accorde-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »
Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé ? »
Ils lui disaient : « Nous le pouvons. » Il répond : « La coupe que je vais boire, vous y boirez ; et le baptême dans lequel je vais être plongé, vous le recevrez.
Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder, il y a ceux pour qui ces places sont préparées. »

Après la lecture, nous avons eu droit à un discours sur le mérite et les postes de responsabilités.
Timidement, le prêtre a commencé par une critique générale des modes de gestions gouvernementales à l’africaine. Il s’est désolé de voir comment dans certains pays comme le Gabon et le Congo (il a oublié le Togo), le pouvoir présidentiel était transmis de pères en fils!
Aaah pauvre Afrique a t-il soupiré!!!

Et puis tout doucement, l’officiant a ramené son propos, en utilisant une fausse subtilité, sur les problèmes de la Côte d’Ivoire.

« Chez nous, certaines personnes se sont accaparées le pouvoir dans des conditions injustes. Ils ont des postes de responsabilités qu’ils ne méritent pas. Ce n’est pas parce que les uns ont rendu des services aux autres qu’ils méritent d’être ministres ou directeurs.
Or, tous ceux là n’ont même pas les aptitudes professionnelles requises. Il n’y a que chez nous qu’un « cuisinier » peut être nommé à un si grand poste de responsabilité!
A l’école de police, il y en a beaucoup qui ne savent pas lire, pourtant ce sont eux qui ont été choisis!
Pendant ce temps là, ceux pour qui les postes ont été préparés n’ont que des « cabines téléphoniques » en bordures des routes. Eux pourtant ont des BTS, sont ingénieurs, possèdent des doctorats! Eux méritent d’être ministres ou directeurs! ». Mais chez nous c’est la familiarité qui compte, les gens sont ministres sans diplômes.
Pendant ce temps, les plus méritants sont au chômage…

Après avoir incité l’assemblée à ne rechercher que la gloire du ciel, le prêtre a étayer son homélie en faisant une comparaison avec l’Europe.

 » En Europe ce n’est pas comme ça! On ne verra pas le fils d’un tel succéder à son père au pouvoir. Les européens ne font pas des attributions de postes arbitraires. Ils n’embauchent pas tous leurs amis et familles dès qu’ils sont au pouvoir…etc etc etc… »

La plupart des fidèles avait un sourire en coin, comme pour dire à l’orateur: -oui oui nous voyons où vous voulez en venir…

Cet homélie m’a vraiment choquée. La soutane ne doit-elle pas être gage de neutralité?
Le rôle d’un prêtre n’est-il pas de rassembler, sans distinction, autour de l’amour de Dieu?
Pourquoi, en ces temps mi-figue mi-raisin, a t-il voulu raviver les rancœurs des uns et des autres?
Aurait-il voulu être à la place du cuisinier dont il parlait dans son homélie?

Le mérite, les diplômes, les postes de responsabilités…

1) Si j’ai bien compris, tous les jeunes chômeurs actuels méritent les postes de responsabilité que les « autres » leur ont volés. Mais tout le monde peut-il être directeur, commandant ou ministre? Que faire des petits emplois dont personne ne veut?
A t-on déjà entendu parler d’une association de jeunes chômeurs décidés à retourner à la terre, pour revaloriser cette agriculture qui a fait le succès de notre pays?? Non! Tout le monde veut travailler dans les bureaux et surtout être chef!!
Se sont-ils aussi demandés si ces places leurs étaient vraiment destinés?
L’Église même a t-elle mis en place, des chaines de solidarité afin que ceux de la communauté qui ont des postes de responsabilités puissent aider les jeunes diplômés au chômage?
Pourquoi toujours vouloir accuser l’autre, quand nous-mêmes ne faisons pas grand chose pour autrui?
Pourquoi voulons-nous toujours faire de notre volonté, celle de Dieu???
Et puis, après plus de 10 années d’instabilité dans notre pays, ne faut-il pas laisser du temps au nouveau venu de trouver quelques solutions adéquates à ce problème?

2) Pourquoi faire une comparaison avec l’Europe, qui d’ailleurs n’est nullement épargner par le chômage dont le taux va croissant au fil des années. En Espagne et en Grèce, 1 jeune sur 2 est au chômage…pourtant ce ne sont pas des pays d’Afrique….
Que dire des nombreux scandales personnels, professionnels, immobiliers et financiers qui ont souvent impliqué les membres directs des familles de certaines hautes autorités d’états? La France nous sert souvent des exemples… Elle non plus n’est pas l’Afrique.

Sur ce sujet, je conclus que la différence flagrante entre l’Europe du prêtre et l’Afrique de tous les maux, vient du fait que depuis longtemps, la famille élargie a disparu chez eux au profit de celle dite « nucléaire ».
Il devient donc plus facile de coopter ou caser arbitrairement 2 à 3 membres d’une famille que tout un clan composé d’innombrables frères, cousins, neveux, oncles…
Doit-on alors tuer notre fameuse « solidarité familiale » pour que s’arrêtent certains comportements?

Je ne dis pas qu’il faille tout justifier, avec les arguments que j’ai volontairement soulignés plus haut…
J’ai moi-même, comme tous les citoyens de ce pays, quelques revendications à faire, mais je ne pense pas que le rôle d’un prêtre soit d’enfoncer le clou… D’ailleurs Jésus en a déjà eu assez pour nos péchés.

A la fin de la messe, le prêtre a invité l’assemblée à une prière pour les malades en disant:
« Sont surtout invités tous ceux qui ont des problèmes économiques et financiers (une vraie maladie chez nous, en effet! Lool). Chaque participant aura un dénouement heureux! »

Eh bien dans ce cas, pourquoi ne pas laisser les prières résoudre tous nos problèmes???

Trop de contradictions…