Côte d’Ivoire & Environnement: On est où là??

Hier 8 novembre 2013, j’ai vu un reportage au journal télévisé de 23h de la RTI 1, qui m’a laissée dubitative sur notre conception de l’environnement…

Dans le cadre d’une campagne intitulée « chasse aux produits alimentaires prohibés », menée dans la commune de Cocody, les reporters de la RTI 1 ont suivi une équipe chargée du respect de l’environnement.

C’est très fièrement que le responsable « environnemental » a expliqué que ses équipes sillonnent maquis, bars etc… chaque mois pour saisir les boissons et autres produits périmés destinés à la vente malgré leur DLC (date limite de consommation).

Très bien me suis-je dit… Mais j’ai vite déchanté!

Sous les caméras de notre très professionnelle chaine de télé nationale, il a été procédé à la destruction; par le feu et en plein air, de ces produits de consommation périmés. J’ai vu des bouteilles en plastique de 50 cl remplies de soda, sur lesquelles nos heureux « environnementeuRs » déposaient des morceaux de cartons pour faciliter le flambage final! A moins d’être bigleuse, à aucun moment je n’ai vu de personnes portant des masques de protection… En même temps, cela paraît tout à fait normal, lorsque visiblement, les mesures minimales liées au respect de l’environnement, ne sont même pas respectées!!!!

L’ENVIRONNEMENT, ces « environnementeuRs » savent-ils ce que c’est??

Le voisinnage contraint de respirer ces odeurs toxiques dégagées par des produits enflammés comme un simple barbecue??

Cette pauvre terre qui aura du mal à se renouveler après toute la merde qu’elle a ingurgité???

Comment se fait-il que ces fiers « environnementeuRs », n’ont pas eu à l’idée que brûler ces produits dans pareilles conditions, ne fait que contribuer à la pollution de notre « fameux » environnement????

Ne possèdent-ils pas d’incinérateurs destinés à cet acte délicat???

N’existe t-il pas de LOI interdisant la destruction de ces produits dans ces conditions?? J’ai pourtant appris que SI, et ce, depuis le scandale des déchets toxiques! Mais comme les ivoiriens ne respectent rien, pas étonnant qu’on fasse n’importe quoi sans que ça n’aille quelque part! L’insalubrité générale en est un bon exemple!

Et pourquoi donc, ces « environnementeuRs » ne se sont pas dit qu’il suffisait de vider les récipients de leurs contenus et utiliser ces emballages pour du recyclage?????

Le tri sélectif, savent-ils ce que ça veut dire??? Le papier à part, le plastique autre part, l’aluminium d’un autre côté, le verre ailleurs etc…???

Franchement les gens font exprès ou y a t-il simplement, dans notre pays, trop de personnes qui ont fait de la connerie un art majeur??

Et ces journalistes tous fiers de diffuser leur reportage, sans même se douter qu’ils ont cautionné une atteinte à l’environnement…

Côte d’Ivoire & Environnement: On est où là??

Ci-après le flash info de 10h ce jour. A partir de la 2″50 une partie du reportage (choquant!)… Notre chaîne nationale étant réputée pour ses rediffusions, à mon avis, vous n’aurez aucun mal à le voir (ou revoir), en intégralité, dans les JT de ce weekend… (A moins que ça ne finisse par faire tilt dans leur esprit…)

Et puis merde! Qu’on détruise tout dans notre inconscience et qu’on crève!

 

Connais-tu mon beau pays?

Dans les années 80, cela va sans dire, j’étais gamine…

Les premières étapes scolaires, les jeux de marelles et de « temps-passe » avec les copines, l’alloco au goûter de 16h… Un morceau de pain et un œuf (à 25 Fcfa chacun) avec de l’alloco à 50 Fcfa étaient largement suffisant pour rassasier les touts petits, la dévaluation n’existait pas encore, la Côte d’Ivoire était un exemple de réussite africaine. Une fierté dans la sous-région!

En ces temps là, il y avait une émission qui passait sur la radio nationale : « Connais-tu mon beau pays ? ».
Elle débutait toujours par une chanson traditionnelle interprétée par une vielle femme… Ceux qui ont vécu la même « époque » que moi s’en souviennent encore.
Quand il était l’heure de « Connais-tu mon beau pays ? », cela voulait dire que dans quelques minutes, le car pour l’école allait passer et qu’il fallait se dépêcher pour ne pas le rater !!!

Il faut dire qu’on s’en foutait allègrement de « Connais-tu mon beau pays ? » et même les jeudis quand il n’y avait pas cours, personne n’avait de temps à perdre à écouter les histoires des différents peuples du pays ou à comprendre leurs us et coutumes. Les intervenants (chefs de villages et autres) parlaient dans l’une des soixante et quelques ethnies et un chroniqueur traduisait.

Personnellement je préférais écouter Chantal Goya…

Les années ont passé et je me suis de plus en plus rendue compte de mes énormes lacunes culturelles…

Inadmissible d’être aussi ignorante sur mes propres racines !!!

La honte dans l’âme, c’est maintenant que j’aimerais mieux connaitre ce beau pays qui n’a que trop souffert du peu d’intérêt touristique que lui porte ses propres habitants…
Il ne suffit pas de revendiquer son africanité, son ivoirité encore faudrait-il le vivre…