UNE JOURNEE SANS…

Je suis à bout de nerf ! J’enrage ! Je les hais tous autant qu’ils sont : mes amis toujours à me charrier pour mon addiction, mes parents en manque d’affection et surtout elle : Eva ma chérie qui a réussi à me convaincre.

Comment ont-ils osé me faire ça ?  Comme s’ils s’étaient ligués contre moi! La preuve…

Hier c’était la journée sans mobile. Moi  Yves, féru de TIC, inconditionnel de smartphones, l’homme le plus connecté de babi, possédant les derniers  I phone, Samsung et Blackberry ; moi plus rapide que mon ombre pour réagir à une notification de Facebook  ou Twitter ; Yves « le puissant » de Viber, Skype et Whatsapp, champion, tous réseaux confondus en sms de tous genres… Je disais donc qu’hier, Moi Yves Koffi,  j’ai décidé de baisser les armes et de me consacrer à tout ce peuple autour de moi, qui n’arrive toujours pas à comprendre la relation étroite que j’ai noué avec mes téléphones. Ils ont profité de cette journée du 06 février, dite journée internationale sans mobile, pour faire pression sur moi… Et j’ai cédé !

Hier, maman était contente que je passe deux heures à discuter avec elle, comme au bon vieux temps. Nous avons parlé de tout et de rien, ce qui nous avait permis de reconstituer le lien ombilical que mes téléphones avaient fini pas rompre.

Au début, ça a été difficile. Mes doigts sentaient un grand vide. Ils désespéraient de n’avoir aucun clavier à tapoter. Au fil de la journée, je parvins tant bien que mal à refréner ces gestes compulsifs. J’avoue que c’était dur !!! J’avais l’impression que mes yeux me jouaient des tours. J’apercevais des petits signaux rouges, qui m’indiquaient que j’avais un message non lu… Pourtant mes téléphones avaient été mis sous scellé par ma chère Eva, qui devait les rendre aux premières secondes de minuit.

Eva, ma douce ! Je n’oublierai jamais l’après-midi qu’elle m’a fait passer. A passer mon temps à caresser les claviers et écrans tactiles de mes téléphones, j’avais oublié à quel point la peau de ma tendre Eva était douce.  Hier, j’ai revisité le septième ciel. Vraiment ! Pourtant, ce matin j’ai les boules !

Hier, Fredo et Carl, mes deux meilleurs potes, étaient tous contents de passer un VRAI moment avec moi, sans que mes yeux ne soient constamment rivés sur mes téléphones. Nous nous sommes tellement bien amusés en boîte avec nos chéries, que j’ai fini par être convaincu des bienfaits de la rupture ponctuelle d’avec mes joujoux. Je leur ai même promis de réitérer l’expérience une fois par mois.

A minuit une, Eva couchée à mes côtés, tint sa promesse. Sans faire sa jalouse, elle me rendit mes téléphones. Je sentais pourtant dans ses yeux, le regret de cette journée idyllique.

Je décidai donc de jouer les prolongations et laissai mes téléphones éteints sur la commode. Ma visite en terre de jouissance m’avait laissé sur ma faim et mon guide Eva se devait d’y remédier illico !

6h du mat : tous mes téléphones sont en surexcitation. Des centaines de notifications en attente, de sms à lire et de message vocaux à écouter. Je sentais l’adrénaline monter en moi. J’étais heureux !

Mais, j’ai vite déchanté.

Il y a 6 mois de cela, j’avais envoyé spontanément ma candidature, à un géant de l’internet. Google !

C’était mon rêve de travailler pour ce grand groupe sans qui l’internet ne serait pas grand-chose. Larry Page était un dieu pour moi !

Mais pourquoi avaient-ils choisi ce jour pour me contacter ? Une chose est sûre :  cette journée m’a couté cher ! La voix féminine au téléphone me disait que ma candidature avait retenu leur attention et me demandait de me présenter au plus tard à 15h à l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, pour remplir des formalités liées à mon visa. Google me proposait un séjour test d’une semaine à Mountain view à l’issue duquel j’aurais pu voir ma carrière professionnelle s’accorder parfaitement avec mes rêves.

Depuis  6 heures du matin je suis cloué au lit et je refais l’histoire. Je ne comprends toujours pas ce qui m’arrive. Raté une chance pareille, qui n’arrive pas deux fois ? Adieu la Californie. La journée sans mobile d’hier a brisé ma vie !

Tout à coup, j’entends mon téléphone sonné. C’est maman. Je suis trop en colère pour décrocher. Je me déconnecte de tous les réseaux sociaux, je mets mes téléphones sous silence. Rien de pire ne pourrait m’arriver.

Plus tard dans la journée, je constate que maman, après avoir insisté à me joindre, m’a envoyé un sms : « Merci mon chéri pour ce moment passé ensemble hier. A renouveler. Ta maman qui t’aime. ».

 

3 réflexions sur « UNE JOURNEE SANS… »

  1. Ping : UNE JOURNEE SANS… | Famchocolat

    • Eh oui!
      Il faut aussi être conscient que tout excès nuit… Le mieux serait qu’on réussisse à équilibrer vie sociale, familiale et notre rapport à ces appareils qui nous coupent de plus en plus du monde, quand on s’en sert mal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.